«La fête dans l’rang» a inspiré la journée citoyenne sur l’écoresponsabilité.

L’écoresponsabilité, l’affaire de tous

La municipalité de Notre-Dame-de-Stanbridge prend son avenir environnemental en main. Elle veut ouvrir le dialogue entre les citoyens et les gens du milieu agricole lors d’une toute première journée citoyenne sur l’écoresponsabilité qui se tiendra le 16 mars prochain à la salle communautaire de l’hôtel de ville.

Cette initiative découle de l’événement «La fête dans l’rang», où l’écoresponsabilité avait été mise à l’honneur cet été.

« On a servi le dîner et le souper et presque 60 % des 235 convives ont apporté leur couvert. C’est là qu’on a vu qu’il y avait une ouverture pour changer les habitudes », constate Carole Dansereau, conseillère municipale et responsable de la journée citoyenne pour le comité de développement stanbridgeois (CDS). Seulement un demi-sac de déchets avait été envoyé à l’enfouissement.

Les participants à la fête ont même pu expérimenter les toilettes sèches, qui n’ont que très peu besoin d’eau.

« On a ouvert des façons de faire différentes. On a décidé de continuer dans ce sens-là », dit Mme Dansereau.

Panels et échanges

Sous forme de panels, les citoyens pourront donc échanger avec différents intervenants du milieu agricole et de l’alimentation.

Le but ? Mélanger les gens pour discuter sur ce qui se fait ici et ailleurs et qui pourrait être mis de l’avant dans la région.

« Les agriculteurs se rencontrent ensemble, mais les citoyens ne sont pas là. [...] C’est pourquoi on veut réunir les personnes qui ont des pratiques différentes et voir comment on peut diminuer l’utilisation de fertilisants et d’engrais chimiques qui se déversent dans les rivières », donne en exemple Mme Dansereau, qui mentionne que cette journée citoyenne se veut interactive.

Par exemple, deux des quatre actionnaires de la nouvelle épicerie écologique Vrac dans l’sac — qui ouvrira officiellement au printemps prochain à Bedford — viendront présenter leur démarche pour en arriver à un tel type de commerce.

Des membres de La coopérative le terroir solidaire viendront quant à eux présenter le fonctionnement de leur organisme.

Étant un milieu agricole de grande culture, Mme Dansereau croit que la municipalité peut avoir un impact positif sur l’environnement.

« On aimerait créer un mouvement », conclut Mme Dansereau.

À L’HORAIRE

En matinée 

— Odette Ménard, ingénieure et agronome, conseillère en conservation des sols et de l’eau, MAPAQ  : Les pratiques durables des petits jardins aux grandes cultures

— Ananda Fitz, Régénération des sols Canada : L’agriculture de l’avenir : travailler de concert avec le microbiote du sol

— Julie Bellefroid, Dura-Club de Bedford : Favoriser la biodiversité ; technique d’aménagement et valorisation des espaces libres

En après-midi 

— Daniel Simard, Dura-Club de Bedford : Les vers de terre : nos alliés méconnus

— Heidi Asnong, productrice de grandes cultures biologiques : Quand l’engrais vert fait partie de la solution

En fin d’après-midi

— Les sœurs Dominique et Barbara Martel : présentation du projet de la nouvelle épicerie écologique Vrac dans l’Sac Inc., qui ouvrira ses portes au printemps 2019 à Bedford

— Des membres de la coopérative Le terroir Solidaire : présentation de la coopérative