Un koala blessé qui a été sauvé des flammes sur l’île de Kangaroo Island, en Australie, début janvier

Le Zoo et la population contribuent massivement pour la faune australienne

La collecte de fonds lancée mercredi par le Zoo de Granby, en soutien à la faune australienne décimée par les feux de forêt des derniers jours, suscite un large engouement populaire. Devant une telle mobilisation dans la région — 1100 personnes ont déjà contribué —, le Jardin zoologique a fait monter les enchères, jeudi. Nouvel objectif pour la population : 60 000 $ d’ici le mercredi 15 janvier.

Jeudi matin, le Zoo s’est engagé de son côté à donner 20 000 $, soit le double des 10 000 $ promis mercredi. En fin de soirée jeudi, le Zoo annonçait que la population avait quant à elle déjà donné 46 000 $.

Les 10 000 $ de contribution populaire qui étaient au début dans la mire du Zoo ont été atteints en quelques heures, mercredi, ce qui a ensuite motivé le Zoo à placer la barre quelques crans plus hauts.

« En l’espace de trois heures, mercredi, les 20 000 $ avaient été atteints, indique Benoit Chabot, directeur de la Fondation du Jardin zoologique de Granby. Et après 22 h, on est à plus de 37 000 $. En 10 ans dans le domaine de la philanthropie, je ne me souviens pas d’avoir vu quelque chose de cette ampleur. »

Cette mobilisation prendra fin le mercredi 15 janvier, et ce, peu importe le montant atteint. « À la lueur de ce qu’on voit, on est très optimiste qu’on va réussir à amasser 60 000 $ d’ici mercredi prochain. »

La bonne situation financière du Zoo de Granby permet de contribuer à la sauvegarde de cette biodiversité, selon M. Chabot.

Rappelons que les montants amassés seront remis au Bushfire Emergency Wildlife Fund, mis en place par les zoos Victoria qui regroupent trois jardins zoologiques australiens : le Healesville Sanctuary, le Melbourne Zoo et le Werribee Open Range Zoo.

« On travaille dans le domaine de la conservation, alors apprendre que plusieurs espèces animales n’existeraient peut-être plus après cette catastrophe, c’est sûr que ça vient nous chercher », souligne M. Chabot.

Le Zoo partageait jeudi que sur Kangaroo Island, un sanctuaire de biodiversité unique, 25 000 koalas sont décédés à cause des feux.

Le directeur de la Fondation évoque par ailleurs que plusieurs animaux de cette région du monde se retrouvent au Zoo. Il s’agit des kangourous, wallabies et loriquets arc-en-ciel.

Une première

Le Zoo de Granby s’engage pour une première fois dans une telle campagne de sociofinancement. Du jamais-vu depuis la Fondation du Zoo, il y a près de 30 ans.

Cet engagement s’inscrit dans l’esprit de l’Association des zoos et aquariums — regroupant près de 240 institutions à travers le monde — qui invite ses membres à consacrer 3 % de leur budget au financement de projets de conservation à l’extérieur de leurs murs, d’après le directeur de la Fondation. Devant le succès de l’initiative, M. Chabot prévoit que cet engagement en appellera d’autres : « On va récidiver dans le futur», a-t-il assuré.

UNE ARTISTE BROMONTOISE À LA DÉFENSE DES KOALAS

L’artiste Sophie B. Samson, alias Jackalop, a choisi de mettre son talent au profit de la défense des animaux sauvages en Australie. 

Elle a ainsi créé trois linogravures, aux motifs de koala, échidné (animal australien ressemblant à un hérisson) et kangourou. Ces œuvres sont produites sur des mini affiches de 5 ’x 7’, au coût de 25 $ chacune. « Depuis le début des feux, la semaine dernière, je n’étais pas capable de rester impuissante face à ça, explique la Bromontoise. Lundi, j’ai clearé mon agenda pour mettre à profit mes capacités artistiques et inciter les gens à embarquer avec moi. »

La jeune femme a déjà vendu une quinzaine de ces linogravures. 

Elle prépare également une peinture sur bois représentant une mère kangourou et son bébé qui s’entrelacent, à partir d’une photo qui l’a particulièrement émue. Cette œuvre, bientôt terminée, sera mise aux enchères.

Mme Samson a identifié jusqu’ici plusieurs destinataires à qui remettre l’argent amassé. Elle poursuit sa recherche pour s’assurer que ces montants seront bien utilisés. L’artiste, dont les locaux sont situés dans le secteur du mont Gale, défraye le coût des matériaux et son travail est bénévole.

Par ailleurs, Jackalop prépare pour le printemps prochain une nouvelle création d’une trentaine de peintures sur skateboard, tout équipés, sur le thème de la faune sauvage canadienne. Elle-même pratique ce sport.

Plus de détails à jackalop.com.