Le directeur général du Zoo de Granby Paul Gosselin a apporté son soutien au projet de liaison ferroviaire entre Sherbrooke et Montréal.

Le Zoo apporte son soutien au train de passagers Montréal-Sherbrooke

Le projet de liaison ferroviaire entre Montréal et Sherbrooke reçoit un appui de taille. Le Zoo de Granby, par la plume de son directeur général Paul Gosselin, a annoncé son soutien au projet défendu par l’entrepreneur François Rebello.

« La Société zoologique de Granby souhaite appuyer le projet de train de passagers reliant Sherbrooke et Montréal, incluant un arrêt dans la Ville de Bromont. En effet, nous sommes favorables à l’implantation d’une navette qui pourrait permettre la connexion entre la gare de Bromont et le Zoo de Granby en moins de 25 minutes », a indiqué le directeur général du Zoo de Granby, Paul Gosselin, dans une lettre adressée à François Pépin, président de la fondation Trains de nuit dont La Voix de l’Est a pu obtenir copie, vendredi en fin d’après-midi.

À lire aussi: Rebello veut 8 M$ pour le train Montréal-Sherbrooke

Le train de Rebello veut séduire les jeunes entrepreneurs

Train de passagers: Rebello fait le plein d’appuis

L’administration du Zoo rappelle qu’elle « oriente ses pratiques vers le développement durable » et « favorise le transport en commun ».

« Nous croyons que l’ajout de cette liaison pourrait aussi permettre de réduire la congestion sur les routes desservant le Zoo de Granby lors de la haute saison », fait part dans cette lettre le directeur général.

Sur les 700 000 visiteurs accueillis durant les saisons estivale et automnale, près de 20 % proviennent de l’île de Montréal, rappelle M. Gosselin. À ce chiffre s’ajoutent les clientèles de Sherbrooke, Magog, Farnham et Saint-Jean-sur-Richelieu, municipalités qui seraient également desservies par le train de passagers.

« Impact certain »

Le projet, dont le coût a été évalué à 90 millions de dollars par une étude commandée par le promoteur, ne prévoyait pas initialement de service de navette pour relier les villes qui n’ont pas de gare.

« Pour les navettes, on va travailler avec les Villes et les MRC. [...] C’est important pour nous de travailler dans les deux sens, ça apporte une clientèle pour le train et ça permet de consolider le service de transport en commun », souligne le promoteur.

Certaines villes de la MRC Brome-Missisquoi se sont déjà engagées à soutenir le projet, rappelle François Rebello. « C’est important de travailler de concert avec tous les partenaires, les municipalités, le gouvernement du Québec et le fédéral. [...] Lors de son passage à Sherbrooke il y a deux ans, Justin Trudeau avait dit qu’il était intéressé par le projet, mais que le gouvernement provincial devait d’abord s’engager. »

« On est déjà en discussion avec le nouveau gouvernement et on se réjouit de voir qu’il y a plusieurs maires qui s’expriment pour défendre le projet », observe M. Rebello.

L’entrepreneur et ancien transfuge caquiste souhaite maintenant faire bouger le gouvernement fédéral. « Pour aller au-delà des engagements électoraux, il faut le faire avant l’élection », avance-t-il.

Selon François Rebello, le soutien du Zoo de Granby apporté au projet de liaison ferroviaire pourrait avoir un « impact certain » sur l’avancement du dossier.

Il n’a pas été possible de joindre Paul Gosselin.