Bromont compte mettre de l’avant des projets favorisant la circulation à vélo par le biais d’un comité sur le transport actif.

Le transport actif à l’avant-scène à Bromont

C’est désormais bien connu, Bromont veut se positionner comme ville vélo. À ce chapitre, la municipalité prévoit lancer un comité consultatif sur le transport actif pour structurer ses actions et avoir les moyens de ses ambitions. Si l’initiative voit le jour, après avoir eu l’aval des élus, la communauté sera invitée à donner ses idées dans ce créneau en effervescence.

Le directeur général du centre national de cyclisme de Bromont (CNCB), Nicolas Legault, estime que la mise en place d’un tel comité est « incontournable ». « C’est un projet que je chéris énormément, a-t-il indiqué. Si on veut devenir une ville vélo, une ville où le transport actif est à l’avant-plan, il faut avoir un comité qui va lancer des idées bien structurées, réfléchies pour que ça devienne cohérent dans le développement de la municipalité. »

Il s’agit d’un projet auquel croit également le maire de Bromont, Louis Villeneuve. « Je prône le fait que Bromont devienne plus active, verte et intelligente, a-t-il rappelé. C’est un “no brainer” d’avoir un comité qui se penche sur les façons d’améliorer le transport actif. »

Parmi les membres envisagés, notons des représentants citoyens corporatifs, du tourisme sportif, des familles et des personnes âgées. À ceux-ci se grefferont des gens des services de l’urbanisme et des travaux publics.

Le DG du CNCB est d’avis que le comité devrait établir un plan sur cinq ans. « On devrait évaluer les interconnexions entre les quartiers, entre autres pour favoriser la marche et l’utilisation du vélo, a-t-il cité en exemple. C’est important que ce soit mis en place maintenant parce que la ville se développe beaucoup. »

Si tout se déroule comme prévu, le comité pourrait être formé d’ici un mois, croit Nicolas Legault. Advenant que le conseil donne son aval, le représentant du district 5 (Pierre-Laporte), Réal Brunelle, sera responsable du dossier. « À Bromont, il y a de plus en plus de vélos et de coureurs. On doit entre autres en tenir compte dans notre façon d’aménager la ville et d’offrir des services connexes. Il y a des coûts rattachés à ça et c’est important de le prévoir dans nos budgets futurs », a mentionné celui qui est notamment responsable des sentiers et des pistes cyclables.

Atelier de cocréation
Dès que le comité sera lancé, un atelier de cocréation semblable à celui préconisé pour la place publique de Bromont suivra, a souligné Louis Villeneuve. « On a une population dynamique qui a de très bonnes idées, alors on va s’en servir. »

Parmi les idées sur lesquelles se penchera un éventuel comité figure la cartographie des artères principales de Bromont pour les cyclistes. « Je crois que ce serait un bel outil pour diriger la circulation, a concédé Nicolas Legault. Si un tronçon est plus dangereux, on ne l’inclura pas dans le réseau cyclable. [...] On pourrait avoir une carte qui fait des recommandations de parcours selon l’accessibilité pour les vélos et les catégories de cyclistes. » Les routes pourraient notamment être répertoriées selon des codes de couleur.