Le système de chauffage au glycol du centre sportif Léonard-Grondin connaît des ratés.

Le système de chauffage au centre sportif Léonard-Grondin fait défaut

Le système de chauffage au glycol du centre sportif Léonard-Grondin connaît des ratés. Résultat : la température des vestiaires et dans les gradins, surtout ceux de la glace C, est un peu plus « frisquette » qu’à l’habitude.

Cela explique la présence de systèmes de chauffage d’appoint dans les salles des joueurs, alors que le Tournoi bantam de Granby bat son plein ces jours-ci.

« La température à certains endroits, surtout dans les vestiaires, est un peu plus basse. On a ajouté des chaufferettes temporaires pour essayer de rendre ça un peu plus confortable », a expliqué jeudi le directeur des travaux publics, François Méthot-Borduas.

Selon lui, un nettoyage complet du système de chauffage devra être réalisé avec de l’eau afin de corriger la situation. Cela nécessitera toutefois un arrêt complet du système et des températures extérieures supérieures à 10 degrés Celsius. Les travaux seront planifiés au cours des prochaines semaines ou des prochains mois, à une période où les impacts seront plus limités, note François Méthot-Borduas.

« Il faut attendre que la température soit plus clémente parce qu’on utilise de l’eau pour le nettoyage, sinon ça pourrait créer des dommages supplémentaires », fait-il valoir.

Pas optimal
Le chef de division des actifs aux travaux publics à la Ville, Gaétan Belhumeur, affirme que la situation a été notée lors des périodes de grands froids en décembre dernier. « On s’est rendu compte que ça fonctionnait moins bien. On n’arrivait pas à chauffer suffisamment. On a fait des expertises sur notre système. On s’est rendu compte qu’on a un problème avec la qualité du glycol, le liquide qui circule dans les conduits du système. Certaines petites valves sont obstruées par des impuretés dans le glycol. Le nettoyage va permettre de revenir à la normale », expose-t-il.

Bref, bien que le système ne soit pas optimal, « ça n’empêche pas le chauffage de fonctionner dans le bâtiment, dans les trois glaces », précise pour sa part le directeur des travaux publics.

Les coûts pour remettre le système à l’ordre sont en cours d’évaluation. Mais ils s’inscrivent dans une optique d’entretien préventif et ne devraient pas engager des « coûts exorbitants », selon Gaétan Belhumeur.