La neige est encore bien présente à Mont Sutton et promet une belle saison de ski de printemps.

Le ski de printemps bat son plein

Le soleil est de plus en plus chaud, mis à part ce week-end alors qu’il sera caché sous les nuages de pluie, et la neige commence à fondre. L’air sent le printemps, surtout en montagne, où les manteaux s’ouvrent tranquillement.

Le ski de printemps est bel et bien commencé à Sutton, où l’ensemble du domaine skiable est ouvert, avec encore de bonnes conditions puisque 34 centimètres de neige sont tombés il y a une semaine.

« Je peux encore prédire qu’il va y avoir d’autres bordées, puisqu’il y en a toujours en mars et en avril, souligne Nadya Baron, directrice marketing pour la station Mont Sutton. C’est assez étonnant, la neige reçue. Au sommet, on a reçu plus de six mètres, alors que c’est plus autour de 5 mètres en moyenne. »

Il n’est donc pas surprenant que les pistes en sous-bois et de ski de randonnée alpine soient toujours praticables. « C’est magnifique en montagne. »

Et même si la période enneigée a été particulièrement longue, les adeptes de sports de glisse n’ont pas encore rangé leurs équipements. Le week-end dernier, skieurs et planchistes étaient au rendez-vous. Tant qu’ils y seront et que la neige sera suffisamment présente, la saison se poursuivra.

« À Mont Sutton, on n’annonce pas de date de fermeture, indique Mme Baron. Ça dépend toujours de dame Nature et de l’achalandage. Ça augure bien. Bon an mal an, c’est à la mi-avril et des fois on se rend jusqu’en mai. »

Qui dit ski de printemps, dit activités et terrasse. La traditionnelle traversée du lac au pied des pentes, le « snow on the beach », aura lieu le 6 avril et promet plusieurs éclaboussures. Les participants sont invités à se déguiser pour l’occasion. La terrasse sera aussi plus vivante grâce à la chaleur du soleil. L’odeur du barbecue se fera aussi sentir.

Moins fort à Bromont

Le président de Bromont, montagne d’expériences, Charles Désourdy, n’hésite pas à dire qu’il n’y a que deux véritables montagnes de ski de printemps : Sutton et Mont-Sainte-Anne. Selon lui, pour avoir du vrai ski de printemps, plusieurs facteurs doivent être aux rendez-vous : un verre de boisson houblonnée, du barbecue, une ambiance festive, de la chaleur et des conditions de neige intéressantes.

« On parle tout le temps de ski de printemps, mais pour nous on parle plus de ski de fin de saison. C’est très difficile de skier dans la neige de printemps, explique-t-il. La grande majorité des gens préfèrent la neige damée. Mont-Sainte-Anne et Sutton sont deux vraies montagnes de ski de printemps. Un peu le Massif aussi. Tremblant a de la difficulté parce qu’il fait plus froid. À Sutton, ils réussissent à avoir des conditions de neige intéressantes. »

S’il fait froid la nuit après une journée de pluie, les conditions ne seront pas belles avant l’après-midi à Bromont, alors que les skieurs pensent plus à prendre un verre et manger du barbecue, ajoute-t-il. « On met de moins en moins d’efforts sur le party du ski de printemps », admet également M. Désourdy.

Les clients se font aussi plus rares, surtout lorsque la pelouse commence à apparaître. La montagne ferme d’ailleurs en soirée depuis quelques jours déjà puisque la clientèle est absente.

Deux dates de fermeture sont sur les lèvres à Bromont, montagne d’expériences. Le 14 avril et, si les astres sont alignés et que les gens veulent continuer à skier, les installations fermeront plutôt le dimanche ou le lundi de Pâques.

Les équipes ne chômeront pas une fois la station de ski fermée pour la saison. « Il y a le chalet à construire, dégager les pistes de vélo, poser les installations pour le vélo, etc.. On est très serré dans le temps. »