Le sauvetage d’un orignal par deux agents de la faune à Sutton en janvier a été souligné par le député Sylvain Roy, mardi.

Le sauvetage d'un orignal souligné à l'Assemblée nationale

Le sauvetage d’un orignal réalisé dans une forêt de Sutton par deux agents de protection de la faune et un citoyen en janvier a trouvé écho jusqu’à l’Assemblée nationale. Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, a souligné le travail des agents du bureau de Granby.

« Protéger, éduquer et prévenir. C’est la devise de nos agents de protection. Nul doute que messieurs David Lapointe et David Carrier l’ont appliquée lors de l’intervention », a affirmé le député Roy, qui est porte-parole de l’opposition officielle des forêts, de la faune et des parcs, mardi après-midi, à l’Assemblée nationale.

Rappelons qu’un randonneur avait découvert un jeune orignal qui était coincé sous un arbre dans le secteur montagneux de Glen Sutton, le 18 janvier. Il avait alors alerté les agents de protection de la faune. Deux agents s’étaient aussitôt déplacés pour intervenir auprès de la bête.

Animal sauvé
L’orignal respirait et bougeait, mais il était incapable de se libérer de sa fâcheuse position par ses propres moyens. Le citoyen avait filmé l’intervention des agents. On les voyait agripper les pattes de l’animal et le tirer. Le jeune orignal s’était ensuite relevé et s’était mis à marcher.

Un jeune orignal et une femelle avaient observé toute la scène à proximité.

Les images du sauvetage ont été mises en ligne par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP). Elles ont été vues par des milliers d’internautes.

Plus de 60 000 vues
« Leur intervention a été rendue publique grâce à une vidéo qui a été vue plus de 60 000 fois sur le web. Chaque jour, les agents de protection de la faune font un travail essentiel qui, la plupart du temps, ne se retrouve pas sur le web, mais qui fait en sorte que les activités en forêt se déroulent dans la paix et le calme. Ils veillent à la protection des chasseurs, des pêcheurs et des villégiateurs, mais également des espèces animales », a mentionné le député Sylvain Roy dans sa déclaration.