L’augmentation vise à rattraper le salaire des élus de municipalités comparables et de compenser l’imposition des allocations de dépenses, qui entrera en vigueur en janvier prochain, a indiqué le maire Richard Burcombe.

Le salaire des élus de Lac-Brome grimpera de 23%

Les élus de Lac-Brome se sont voté lundi une augmentation de salaire de 23,6 %, une hausse qui coûtera 40 000 $ de plus à la municipalité l’an prochain.

Concrètement, le salaire du maire Richard Burcombe passera donc de 36 402 $ à 45 000 $ et celui des conseillers, de 12 134 $ à 15 000 $, incluant les allocations de dépenses. La municipalité implantera également un système de rémunération variable pour compenser financièrement les élus qui assistent à des réunions de comité obligatoires.

Cette augmentation significative vise à rattraper le salaire des élus de municipalités comparables et de compenser l’imposition des allocations de dépenses, qui entrera en vigueur en janvier prochain, a indiqué M. Burcombe.

Mieux payés à Waterloo

« On est même en dessous des autres municipalités, croit l’élu. Si on regarde Waterloo, on est rendus à près de 60 000 $ pour le maire et leur population est en bas de 5000 [personnes]. »

Le mois dernier, le conseil waterlois a en effet voté la rémunération du maire à 41 373,05 $ et celle des conseillers à 13 751,84 $, à laquelle il faut ajouter l’allocation de dépenses qui représente la moitié de ces sommes. Ainsi, le maire recevra dès janvier un salaire total de 62 059,58 $ et les conseillers, 20 627,76 $. Selon le dernier décret de population, Lac-Brome compte 26 habitants de plus que Waterloo.

Le maire Burcombe fait également valoir que depuis son élection à la mairie en novembre 2013, son salaire et celui des conseillers n’a augmenté que de 0,6 % annuellement. Totalisant 3 %, ces hausses se situent en dessous de l’indice des prix à la consommation.

« Si on regarde juste le pourcentage, c’est sûr que ça a l’air gros, 23,6 %, reconnaît le maire, précisant que la résolution n’a suscité aucune question de la part des citoyens présents à la séance du conseil. Mais compte tenu que nous avons très peu augmenté au cours des cinq années précédentes, si on faisait le total et qu’on répartissait cette hausse sur les cinq ans, ça équivaudrait à une hausse d’environ 5,3 % par année. »

« Ce n’est pas une décision qui est prise facilement, ajoute le maire de Lac-Brome. En tant qu’élu, c’est délicat lorsqu’il faut se voter soi-même une augmentation de salaire. On est juge et partie. Mais puisque les règles du jeu changent à partir de l’an prochain du côté fédéral, il nous fallait nous ajuster pour que personne ne soit pénalisé. »

M. Burcombe rappelle enfin que le travail d’élu comporte sa part d’exigences et que cela doit être compensé à sa juste valeur. « Je sais ce que je fais comme maire, je suis présent à des événements et je réponds à des demandes. Ce n’est pas une fonction que j’ai choisi d’occuper pour le salaire », dit-il.