Le propriétaire du camping Wigwam, Christian Savoie

Le propriétaire du camping Wigwam accusé d'agression sexuelle

Le propriétaire du camping Wigwam, à Upton, fait face à des accusations d’agression sexuelle et de contacts sexuels avec un mineur.

Les gestes reprochés à Christian Savoie, 50 ans, se seraient déroulés à l’été 2012, indiquent les documents judiciaires consultés par La Voix de l’Est.

La présumée victime, un garçon de 12 ans, aurait subi des attouchements de la part de l’accusé, notamment dans l’arrière-boutique du dépanneur du centre de villégiature de la rue Principale.

Il y aurait eu « entre trois et dix » événements cet été-là, précise Me Marie-Claude Morin, du bureau de la Couronne au palais de justice de Saint-Hyacinthe.

Le procès de M. Savoie s’est déroulé pendant trois jours, cette semaine, au cours duquel la poursuite a fait entendre trois témoins, soit la victime, sa mère ainsi que la fille de l’accusé. De son côté, la défense n’a présenté aucun témoin et M. Savoie, qui est représenté par Me Marie-Ève D’Anjou, n’a pas témoigné devant la cour. Il plaide non coupable.

Verdict

La juge Magali Lepage, de la Cour du Québec, doit rendre son verdict en décembre. S’il est trouvé coupable, M. Savoie s’expose à une peine pouvant aller de un à 14 ans de prison. Il n’a pas d’antécédent criminel et demeure en liberté sous conditions en attendant la suite des procédures judiciaires.

Jointe vendredi, la conjointe de l’accusé a préféré ne pas émettre de commentaire. « Ce n’est pas terminé, il faut faire attention », a-t-elle indiqué. Christian Savoie n’a pas rappelé La Voix de l’Est. Il avait été arrêté en mars 2017 à la suite d’une enquête menée par la SQ d’Acton.

Fondé en 1966, le camping Wigwam compte environ 270 terrains. Les propriétaires actuels l’ont acquis en 2008.