Le directeur général de Bromont, Éric Sévigny
Le directeur général de Bromont, Éric Sévigny

Le projet de caserne de pompiers chemine à Bromont 

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
Malgré quelques mois de retard, le projet de la future caserne à Bromont devrait franchir sous peu l’étape des plans et devis. La municipalité doit lancer un appel d’offres en ce sens. Si tout se déroule comme prévu, les travaux devraient être amorcés sur le site de la rue Shefford au début de 2021. Le service des incendies disposera également d’un nouveau camion-échelle au cours des mois à venir.

Les élus ont autorisé, lors de la séance du conseil lundi, le dépôt d’un projet de règlement d’emprunt avoisinant 2,2 millions $. Près de 1,7 million $ sera consenti à l’acquisition d’un nouveau camion-échelle, usagé ou neuf, le véhicule actuel ayant 27 ans. La différence sera injectée dans la préparation de plans et devis pour la construction du nouveau quartier général des pompiers, dont le budget global est estimé à 6 millions $.

La caserne remplacera celle du boulevard de Bromont (près du poste de police), jugée désuète.

Le projet avait franchi une première étape en mars 2018, avec l’autorisation d’achat de trois lots situés en face de la garderie, rue Shefford. Le montant de la transaction avoisine 400 000 $. Toutefois, l’apport financier de Québec est incontournable pour que la construction du bâtiment se réalise, a réitéré en entrevue le directeur général de Bromont, Éric Sévigny. « La demande de subvention est fondamentale. Sans cet appui du gouvernement du Québec, le projet ne pourra pas voir le jour. »

L’aide financière proviendrait du Programme de réfection et construction des infrastructures municipales (RÉCIM), lié au ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT). Ce dernier prend le relais du Programme d’infrastructures Québec-Municipalités. Bromont pourrait être admissible à une subvention atteignant 70 % de la facture globale.

Échéancier

Bromont prévoyait initialement lancer les travaux en 2020. Or, plusieurs obligations, notamment sur le plan logistique, ont contribué à décaler l’échéancier du projet. « Certaines contraintes nous ont empêchés, au cours des derniers mois, de modifier notre politique de gestion contractuelle. On a probablement un an de retard. Mais, ça n’a pas de conséquence sur nos interventions et nos effectifs », a mentionné Éric Sévigny.

Dès les balbutiements du projet de caserne, Bromont souhaitait acheter les plans de celle qui a été érigée à Dolbeau-Mistassini. Cette option n’est désormais plus sur la table. « On voyait là un avantage financier. Cependant, les coûts ont augmenté de telle façon que ça devenait inintéressant », a fait valoir le DG, précisant que le montant initial à débourser par Bromont pour obtenir les plans était « sous la barre de 50 000 $ ».

Bromont, dont le service des incendies dessert également Brigham et Saint-Alphonse-de-Granby, « s’attend à avoir l’approbation du règlement d’emprunt ce printemps ». L’élaboration des plans devrait s’échelonner sur une période d’environ six mois.

Les travaux doivent être amorcés durant l’été 2021. « On veut que la fondation se fasse avant l’hiver. Ensuite, les corps de métier pourront travailler pour la structure et l’intérieur. » La mise en service est prévue pour 2022.