«L’enjeu est que la grande région de Montréal accueille 85% des nouveaux arrivants, mais qu’il y a 55% des emplois qui se trouvent en région», souligne Stéphane Forget, président-directeur général de FCCQ.

Le programme Un emploi en sol québécois débarque à Granby

Granby accueillera pour la première fois le 1er novembre le programme Un emploi en sol québécois en parallèle au salon d’emploi Destination Granby qui revient pour une troisième édition. Une quarantaine d’entreprises seront alors en mode séduction pour convaincre des nouveaux arrivants de joindre leur rang et prendre racine dans la région.

Le programme Un emploi en sol québécois, opéré par la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) grâce au soutien du gouvernement provincial, a vu le jour en 2017 dans l’objectif de faire face à une problématique double. Les entreprises québécoises qui peinent à trouver suffisamment de main-d’oeuvre en région pour combler leurs besoins et les nouveaux arrivants qui préfèrent en majorité s’établir dans les grands centres urbains.

« L’enjeu est que la grande région de Montréal accueille 85 % des nouveaux arrivants, mais qu’il y a 55 % des emplois qui se trouvent en région. On s’est demandé ce qu’on pouvait faire avec notre réseau de chambres de commerce pour aider les employeurs et pour permettre aux immigrants de trouver un emploi qui correspond à leurs aspirations et à leurs qualifications. De là est né Un emploi en sol québécois », rappelle Stéphane Forget, président-directeur général de FCCQ.

La formule adoptée par le programme se base sur un premier tri entre les candidats, selon leurs qualifications et leur volonté de s’installer en région.

« Les intéressés fournissent d’abord les informations concernant leurs qualifications, sachant que les emplois seront en région. Ensuite lorsqu’on organise un événement dans un endroit, on vérifie quels sont les besoins des employeurs et on les arrime avec notre banque de candidats. Les participants pourront donc faire deux, trois et parfois quatre entrevues durant leur visite », ajoute Stéphane Forget.

La banque de candidats du programme compte présentement plus de 1500 noms, mais seulement 350 ont pris part aux visites organisées par la FCCQ l’an dernier.

Séduction

Les entreprises et les candidats seront accueillis le 1er novembre à l’érablière Le Grillade à Saint-Alphonse-de-Granby. Selon la directrice générale de la Chambre de commerce Haute-Yamaska, Claude Surprenant, près d’une quarantaine d’entreprises pourraient participer à l’événement.

« Les employeurs pourront rester pour Destination Granby en après-midi. La différence, c’est que l’on accepte des entreprises qui viennent d’un peu plus loin et que le programme de la FCCQ vise surtout des emplois spécialisés », précise Claude Surprenant.

Les entreprises n’ont pas besoin d’être membre de la chambre de commerce pour participer.

Les participants seront conviés à de courts entretiens d’une quinzaine de minutes avec les employeurs. Ils auront aussi l’occasion de visiter brièvement Granby avant de repartir pour Montréal.