Le portefeuille contenait entre autres, outre un montant de 22$, le permis de conduire, la carte d’assurance sociale, une carte de don de sang et une carte de crédit Texaco au nom de René George Grégoire ainsi que plusieurs photos de jeunes femmes.

Le portefeuille vieux d’un demi-siècle remis à la famille de son propriétaire [PHOTOS]

Constance Roy-Grégoire était émue, samedi matin, au restaurant Continental alors que le propriétaire Sylvain Pageau lui a remis le portefeuille vieux d’un demi-siècle de son défunt beau-frère, René George Grégoire, trouvé dans les murs de l’établissement lors de travaux de rénovation.

«Je reconnais sa signature!», a lancé la dame de 75 ans dont le défunt époux, Bruno, était le frère de René George Grégoire, lui-même décédé le 25 juillet 1973. «Ça me touche beaucoup, et je pense que ça va aussi toucher beaucoup son frère et sa soeur qui sont plus âgés que moi et habitent maintenant la région de Montréal. J’ai l’intention de leur remettre le portefeuille. On l’aimait beaucoup, notre René!», a-t-elle ajouté.

«René était un bon petit gars et quelqu’un d’extrêmement réservé. Quand j’ai lu dans Le Soleil les commentaires d’une de ses amies qui disait «on discutait d’anarchisme et de communisme autour d’une bière», je me suis dit que c’était exactement lui!», poursuit-elle.

Le portefeuille contenait entre autres, outre un montant de 22$, le permis de conduire, la carte d’assurance sociale, une carte de don de sang et une carte de crédit Texaco au nom de René George Grégoire ainsi que plusieurs photos de jeunes femmes. «Comme vous voyez, il avait beaucoup de succès!», rigole Mme Roy-Grégoire. Elle ajoute que son beau-frère avait étudié en géographie et qu’à son décès, il travaillait «en cartographie au ministère de la Chasse et de la Pêche». «Il conduisait un scooter et une vieille Volkswagen qui ne partait presque jamais», ajoute la dame.

Le portefeuille de René Georges Grégoire a été retrouvé dans les cuisines du restaurant Continental de la rue St-Louis.
Sylvain Pageau montre à Constance Roy-Grégoire le portefeuille de son défunt beau-frère, retrouvé dans les murs de son restaurant après avoir été perdu il y a 51 ans.

Contact

Ce sont les reportages dans les journaux et les recherches réalisées par Sylvain Pageau à partir d’informations obtenues de Généalogie Etchemins et d’un avis de décès qui ont amené le restaurateur et la septuagénaire à entrer en contact. «Si c’était arrivé à quelqu’un de ma famille, j’aurais aimé que quelqu’un fasse des recherches comme ça», indique M. Pageau. 

«J’avais lu rapidement le début du reportage dans le journal et je ne m’étais pas rendu compte que c’était René. C’est ma fille qui m’a dit que c’était probablement lui à cause de l’adresse et d’autres renseignements», reprend la dame, étonnée de l’engouement suscité par la découverte du portefeuille.

Aucune photo du propriétaire du portefeuille ne se trouvait à l’intérieur, mais on y trouvait plusieurs photos d’amies, dont certaines se sont reconnues lors de leur diffusion dans les médias. «Il y a une femme de Saguenay qui ne se souvenait pas du tout de René, mais qui a reconnu sa photo», ajoute Sylvain Pageau.

Détails inconnus

Le propriétaire du Continental ignore toujours comment le portefeuille de René George Grégoire s’est retrouvé dans les murs de son restaurant. «On pense qu’il a probablement travaillé ici durant les rénovations qui avaient eu lieu à l’époque. C’est dur de savoir, car les propriétaires précédents sont tous décédés», explique-t-il. 

La théorie la plus plausible veut qu’il ait travaillé au restaurant, probablement comme plongeur ou homme à tout faire, et qu’il ait donné un coup de main à quelqu’un pendant les travaux dans la cuisine, déposant son portefeuille qui a ensuite abouti dans un mur.

Selon Mme Roy-Grégoire, son beau-frère René Georges serait décédé d’une maladie à l’âge de 27 ans et est enterré au cimetière Belmont.