Un nouveau record a été battu, mercredi, à Granby. En après-midi, la ville était le point le plus chaud au Canada.

Le point le plus chaud au Canada à... Granby

C'est à Granby que le mercure était le plus élevé au Canada, mercredi. À près de 16° Celsius, un nouveau record a été battu. De quoi faire suer les organisateurs d'activités hivernales...
Les conditions des pistes de Mont Sutton sont bonnes malgré tout, selon Chloé Chagnon, coordonnatrice des communications.
La température de 15,9°C a été observée à 13 h 15. Le précédent record, de 14,4 °C, remontait à 1954. 
Granby ne comptant pas autant d'îlots de chaleur que les métropoles du pays, comment expliquer la situation observée en ce 1er mars ?
« Juste le fait que le soleil se soit pointé le bout du nez [en début d'après-midi], ça fait augmenter les valeurs, remarque Bruno Marquis­, météorologue pour Environ­nement Canada. Les dépressions sont au nord, donc vous vous retrouvez dans le secteur chaud. Vous avez un vent du sud. Tous les ingrédients sont là pour faire grimper­ le mercure. »
À cette date, le maximum moyen est d'autour de -2 °C et la normale moyenne est de -6 °C.
La pluie qui gâche tout
La pluie tombée pendant la journée a joué les trouble-fête à Bromont. Joint par La Voix de l'Est, le propriétaire de Bromont, montagne d'expériences, Charles Désourdy, observait une dizaine de courageux sur les pentes de ski. Plusieurs versants ont été fermés et les heures d'ouverture ont été réduites. 
Les activités de la relâche scolaire ont aussi été annulées et devaient reprendre jeudi. La montagne est restée ouverte pour les hôteliers qui avaient des skieurs dans leur clientèle, explique M. Désourdy.
« Normalement, on aurait été fermé, précise-t-il. C'est mieux de fermer pour essayer de minimiser les dommages dans les pentes et pour assurer la sécurité de tout le monde. »
Mais il n'y a pas que la pluie qui ait refroidi les skieurs. M. Désourdy déplore que la journée de mardi, pourtant digne des véritables journées de ski de printemps, n'ait attiré­ que quelques personnes.
« Si les gens ont le choix de sortir [aujourd'hui] ou vendredi, je conseille vendredi parce que, jeudi, ça ne sera pas des conditions idéales », mentionne-t-il. Les équipes du centre sortiront les dameuses jeudi pour concasser­ les surfaces glacées. 
En soirée, les canons à neige entreront en action pour améliorer les surfaces de glisse. « C'est un dégel exceptionnel, mais on veut se rendre au mois d'avril. C'est assez rare qu'on reparte la fabrique de neige en mars. »
Il se croise les doigts pour que la semaine de relâche de Montréal et Québec, qui débute le 6 mars, amène plus de clientèle que les derniers jours.
En action à Sutton
Dès qu'une plage de froid assez importante se présentera, les canons de Mont Sutton repartiront. Si la montagne est demeurée ouverte mercredi et que l'activité de la relâche s'est bel et bien tenue, l'administration ne manquera pas cette chance de faire des retouches et de préparer le terrain pour la relâche de Montréal­ et Québec, fait savoir Chloé Chagnon, coordonnatrice­ des communications.
« La chaleur a eu un impact sur la neige, mais la surface reste quand même assez bonne, indique-t-elle. Au sommet, les conditions sont super belles. C'est vraiment comme du ski de printemps. Mais c'est sûr qu'aujourd'hui, la pluie a plutôt inquiété les gens : il n'y avait pas tant de skieurs. »
La station de ski demeure optimiste­ pour le reste de la saison.