L’an dernier, le Marché LOKO de Noël a accueilli 1900 personnes au Complexe Artopex.

Le Marché LOKO de Noël pour un 25 décembre 100 % québécois

Et si ce qui se cachait sous le sapin de Noël était 100 % québécois ? C’est le pari que prend Nathalie Jacques en organisant la deuxième mouture du Marché LOKO de Noël qui se tiendra les 9 et 10 novembre, de 10 h à 16 h 30 à L’Érablière la Grillade à Saint-Alphonse-de-Granby. Pas moins de 70 artisans y exposeront leurs produits faits à la main.

La bonne amie d’enfance de Mme Jacques, la chanteuse Stéphanie Bédard, agira à titre de porte-parole pour l’événement.

L’artiste qu’on a connue grâce à Star Académie songeait depuis deux ans à prendre part à davantage de marchés au Québec, elle qui fabrique des savons et des shampoings en barre.

La chanteuse avance que ce genre d’événement prônant l’achat local rejoint ses valeurs, d’autant plus qu’elle a lancé le mois dernier son blogue qui aborde la simplicité volontaire et la décroissance.

« Je crois qu’il y a une intention de revenir aux sources, un élan de revenir vers le vrai, dit-elle pour expliquer la popularité grandissante des marchés. On dirait que les gens en général ont de la misère à faire confiance aux produits de grandes marques et veulent avoir le moins d’intermédiaires possible. »

« Les gens commencent à comprendre qu’il faut acheter local. À Granby, ce n’est pas 100 % ancré comparé à d’autres villes, mais on continue nos efforts », souligne quant à elle Mme Jacques.

Elle relève aussi que le contact direct avec les artisans est un point fort des marchés. « Quand on achète d’un artisan, on n’achète pas juste un produit, on achète son cœur, son rêve, son projet, explique-t-elle. Les gens ne s’en rendent pas compte, mais certains font ça à temps plein. »

L’organisatrice a pris soin de diviser les exposants par catégories pour que les visiteurs repèrent plus facilement ce qui les intéresse. On trouvera entre autres des accessoires, des vêtements pour enfants, de la décoration, des illustrations et des produits corporels.

Nouveautés

Pour cette deuxième mouture, Mme Jacques a voulu rehausser l’expérience des visiteurs qui y feront leurs achats de Noël.

Une zone mini-entrepreneurs mettra ainsi en vedette quatre jeunes filles entrepreneures âgées de 17 ans et moins, une idée qui tient particulièrement à cœur à l’instigatrice qui désirait accorder une place de choix à la relève.

Mme Jacques a aussi pensé à aménager une halte-garderie, dont la surveillance sera assurée par les services éducatifs Caméléon de Cowansville. Les enfants pourront être pris en charge au coût de 5 $ pour 30 minutes ou 8 $ pour 60 minutes.

« Les visiteurs peuvent facilement rester pendant quatre heures sans manquer de rien », relève-t-elle.

L’an dernier, 1900 personnes ont convergé vers le Complexe Artopex. Un chiffre en deçà des attentes. « On a eu quelques pépins, dont le stationnement qui n’était pas assez grand [pour accueillir tous les visiteurs]. »

En choisissant L’Érablière La Grillade, Mme Jacques espère cette fois que 3000 personnes s’y présenteront.