Le maire de Granby, Pascal Bonin, est furieux que le point de service de dépistage de la COVID-19 n’ouvrira pas à Granby au début octobre, tel qu’il en avait eu l’assurance.
Le maire de Granby, Pascal Bonin, est furieux que le point de service de dépistage de la COVID-19 n’ouvrira pas à Granby au début octobre, tel qu’il en avait eu l’assurance.

Le maire de Granby en colère contre la Santé publique

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Le maire de Granby, Pascal Bonin, est furieux. Selon lui, les Granbyens ne sont pas «protégés» par la Santé publique de l’Estrie, qui a annoncé lundi que le point de service de dépistage de la COVID-19 n’ouvrira pas ses portes à Granby avant la fin octobre.

« Je me suis choqué hier et je suis monté au ministre [François Bonnardel, ministre des Transports et député de Granby]. La réponse qu’on me donne, c’est qu’il y a un manque criant de personnel. Mais le manque criant de personnel, si c’est l’excuse pour être incompétent, ça ne passe pas avec moi », a-t-il laissé tomber mardi. 

Selon M. Bonin, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS sait depuis plusieurs semaines que le centre de dépistage de Bromont n’est pas suffisant pour répondre aux besoins de la population de Granby. Il souhaiterait que davantage de solutions soient mises de l’avant, dans les circonstances. 

Le maire affirme qu’il avait pourtant eu l’assurance que Granby aurait un centre de dépistage au début octobre. 

« Je ne veux pas fermer le centre de Bromont. Il y a de cinq heures et demie à six heures d’attente par jour à Bromont. Il me semble que je ne devrais pas avoir à convaincre personne qu’on a besoin d’un autre centre dans la région », laisse-t-il tomber.

« Si le nerf de la guerre contre la COVID, c’est le dépistage, on est en train de la perdre chez nous », ajoute-t-il. 

Pascal Bonin invite les Granbyens à « s’isoler » et à respecter les mesures sanitaires. « Notre dernier rempart, qui est l’hôpital, est affaibli d’une façon très importante. (...) Mon rôle, c’est de dire aux gens de s’isoler et de faire attention », lance-t-il.

Bâtiments municipaux fermés ?

Lors d’une séance préparatoire lundi soir, les élus ont par ailleurs évoqué la pertinence de fermer à nouveau certains bâtiments municipaux, tels le centre sportif ou la bibliothèque. Aucune décision en ce sens n’a encore été prise, dit le maire Bonin. Mais le questionnement est bien présent. 

« On y réfléchit, avant que ça nous soit imposé. De toute façon, on s’en va vers là. Dans les circonstances où on est aussi affaibli qu’on l’est et qu’on ne peut pas se faire tester, pourquoi ne pas prendre de l’avance. (...) On subirait peut-être les foudres d’une certaine partie de la population, mais mon rôle est de protéger les gens », estime Pascal Bonin. 

Lors d’un point de presse lundi, le président-directeur général du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, Stéphane Tremblay, a souligné que l’organisation fait face à des enjeux de ressources humaines. C’est l’une des raisons pour lesquelles le point de service de Granby n’ouvrira pas ses portes avant environ un mois.

« Les choix demeurent relativement difficiles.(...) On a à décider si on ferme des blocs opératoires pour ouvrir un point de service de dépistage. Il y a des gens qui attendent pour une chirurgie pour les bonnes raisons. On est toujours dans cet équilibre-là », a dit Stéphane Tremblay.

Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS  n’a pas souhaité commenter les propos du maire mardi, a laissé savoir la porte-parole de l’organisation, Geneviève Lemay.