La réouverture du restaurant MacIntosh, établi à Bromont depuis 2011, est prévue jeudi.
La réouverture du restaurant MacIntosh, établi à Bromont depuis 2011, est prévue jeudi.

Le MacIntosh Bromont change de mains

Yves Pronovost a annoncé qu’il tire un trait sur près de 20 ans à la barre du restaurant MacIntosh, établi d’abord à Granby jusqu’en 2018, puis à Bromont depuis 2011. Marie-Josée Gaudreau, qui travaille au sein de l’entreprise depuis le début, devient donc la nouvelle propriétaire. Un défi qu’elle relève avec son conjoint, Robert Langlois.

Les pourparlers pour la vente du restaurant étaient entamés «depuis très longtemps», a confié Yves Pronovost. C’est avec sérénité qu’il passe le flambeau. 

«C’est une super étape. J’étais vraiment rendu là. Je suis très privilégié de pouvoir vivre un moment comme celui-là. Il n’y a pas beaucoup de gens en affaires depuis 20 ans dans le domaine de la restauration.»

Pas question de se lancer dans une nouvelle aventure dans ce domaine. «J’ai envie de vivre autre chose», a-t-il dit, précisant que son avenir n’est pas encore bien défini.

«Il y a plein de gens autour de moi. Il y a des discussions pour la suite, mais il n’y a rien d’officiel encore. Je vais accompagner les acheteurs. Ensuite, je vais faire mon gazon au coupe-ongles et ce sera parfait», a-t-il lancé en riant.

Pour Yves Pronovost, vendre son entreprise à une employée, comme il l’avait fait avec son ancien resto de Granby, le rend «très fier». 

«Le Mac va demeurer le Mac. La nouvelle proprio va mettre ça à son goût, mais l’ADN restera le même. Et le contexte de la pandémie lui permettra de redémarrer à sa façon.»

Marie-Josée Gaudreau est la nouvelle propriétaire du restaurant avec son conjoint Robert Langlois.

Un rêve

Il suffit d’échanger quelques mots avec Marie-Josée Gaudreau pour saisir l’enthousiasme débordant qui l’anime. 

«Avoir ma business, c’est le seul rêve que j’ai eu dans ma vie. Et cette année, j’ai vu que tout s’alignait pour qu’il se réalise. Après autant d’années au Mac, je ne pouvais pas demander mieux. J’ai commencé comme serveuse, puis comme directrice générale et maintenant, je suis propriétaire.»

La jeune entrepreneure concède toutefois que la relance des activités, en pleine pandémie, est un chemin parsemé d’obstacles qu’elle surmonte un à un. «Je suis une personne de défi. Quand c’est difficile, j’embarque. La COVID-19 ne m’a pas empêché de réaliser mon rêve. J’ai même réussi à trouver un chef durant cette période.»

Formule

En ce qui concerne l’avenir de la restauration, Yves Pronovost estime que la formule d’affaires doit être repensée en fonction des nouvelles habitudes de consommation du public. 

«Le take-out va rester dans certains marchés. Mais je suis convaincu, avec mes lunettes roses dans mon monde de licornes, que les gens voudront toujours vivre de bons moments dans un bon resto, garder le plaisir de sortir.»

Un avis que partage sa successeure. «Les gens vont consommer différemment et on va s’ajuster, a-t-elle dit. Mais l’engouement pour l’expérience en resto est bien présent. Les réservations se succèdent en vue de notre réouverture jeudi.»

Parmi les projets à venir, la restauratrice veut notamment offrir des plats prêts-à-emporter et des aliments sous vide. 

«Il faut être à l’écoute du public pour réussir en affaires. Et je crois qu’on a une formule gagnante pour répondre aux besoins de plusieurs types de clientèles au Mac.»