Le maire Pascal Russell, la conseillère Denise Lauzière et le sculpteur Joseph Bergot ont dévoilé Le Gardien, nouvelle oeuvre emblématique de Waterloo.

Le lion, nouveau gardien de Waterloo

L'oeuvre emblématique de Waterloo, un clin d'oeil à l'histoire de sa commune jumelle de Belgique, a été dévoilée samedi. Le Gardien, une oeuvre signée Joseph Bergot, est une version québécoise du monument de la Butte du lion, de Jean-Louis Van Geel, érigé en 1826 en l'honneur du fils du Roi Guillaume, blessé dans la bataille de Waterloo contre Napoléon.
Un lion de 3,3 mètres de long par deux mètres de haut trône maintenant au centre du parc Artria, maintenant rebaptisé parc Denise Lauzière. L'oeuvre, réalisée au coût de 35 000 $, est faite d'acier inoxydable et pèse 140 kilos.
« Quand on a fait le design du parc avec Danielle St-Jean, de la Ville de Granby, je lui ai dit que j'aimerais ça en avoir une dernière (oeuvre) pour le 150e, raconte le maire Pascal Russell. On a voulu trouver un lien encore une fois avec Waterloo en Belgique. Il fallait trouver quelqu'un capable de faire quelque chose d'un peu plus raisonnable parce que les premières offres montaient dans les 100, 200 000 $. Denise (Lauzière), à force de chercher, a fini par croiser le chemin de M. Bergot. On est super contents du résultat. Je suis sûr que ça va être le point d'arrêt. Les gens vont le prendre en photo, faire un selfie. »
Devant une assemblée de dignitaires, d'artistes - dont M. Bergot­ - et autres invités spéciaux, le maire Russell a expliqué que le lion constituait un symbole fort, longtemps représenté dans les armoiries de différentes villes, mais aussi devant les palais sous forme de statues.
« Sur notre drapeau de la Ville, il y a des lions qui font honneur au champ de bataille de Waterloo en Belgique. Le lion fait partie de plusieurs armoiries pour sa force, sa vigueur. Le nom de l'oeuvre est Le Gardien parce que c'est d'actualité : on est ici pour protéger les plus vulnérables. »
Un mot de la Belgique
Le premier échevin de la commune de Belgique, Yves Vander Cruysen, devait être présent pour l'occasion, mais il n'a pu se déplacer en raison d'un contretemps. Une vidéo avait toutefois été réalisée dans laquelle il raconte les 60 ans de jumelage entre les deux Waterloo. « C'est le roi des Belges qui, à l'approche de l'exposition universelle, avait souhaité que chaque ville, chaque village de Belgique se jumelle avec une ville du monde », y relate M. Vander­ Cruysen.
Les communications n'ont jamais cessé entre les deux administrations et quelques voyages de part et d'autre de l'Atlantique ont été organisés. En 1957, la ville québécoise avait offert une réplique de la fontaine installée à son entrée, par la route 112, représentant deux enfants et un champignon. Il y a dix ans, le maire Russell avait offert une clé de la ville, du sirop d'érable et une mouche spéciale­ pour capturer­ le saumon.
Un parc renommé en l'honneur de Denise Lauzière
Le parc Artria a été renommé en l'honneur de la conseillère municipale Denise Lauzière pour souligner son travail des 12 dernières années.
« Je suis de ceux qui aiment reconnaître l'effort et l'implication, affirme le maire Pascal Russell. Dans une équipe, il y en a toujours qui regardent la parade passer et d'autres qui en font partie. Je trouvais important de lui remettre cet honneur-là. »
Ce dernier a loué les réalisations de la conseillère sortante - elle ne sollicitera pas de nouveau mandat - en commençant avec son implication pour augmenter le budget alloué à la bibliothèque municipale et en terminant par son travail pour le développement du parc de la rue Foster, où se trouvent plusieurs­ sculptures.
« Elle a constamment cherché de nouvelles avenues afin de permettre aux jeunes décrocheurs de reprendre leurs études. Elle a collaboré afin de pouvoir mettre en place un système de prévention pour contrer l'épuisement physique et psychologique des aidants naturels. Elle a implanté un circuit de modules extérieurs afin d'offrir à toutes les générations une façon agréable de se mettre en forme, a énuméré Pascal Russell. Un projet n'attendait­ pas l'autre. »
Le maire a fait la proposition de rebaptiser le parc Artria à la dernière réunion du conseil. Comme il voulait garder la surprise, ce n'était pas évident... « Malheureusement ou heureusement, elle a été malade la semaine dernière. Le timing était bon. »
La surprise a ému la principale intéressée, qui est restée humble devant l'honneur qui lui avait été réservé. « Je ne m'attendais pas du tout à ça, a réagi en entrevue Denise Lauzière. Je ne le réalise pas encore ! »
« Si tu désires être conseiller municipal, c'est parce que tu veux que ça se développe et c'était mon travail, ce développement-là », a-t-elle mentionné.
Selon elle, M. Russell et ses col­lègues auraient tout aussi bien mérité un tel honneur puisque, sans eux, ses projets n'auraient pas été plus loin que la table du conseil.