«C'est déplorable, laisse tomber le coordonnateur du GASP, Nicolas Luppens. On est dans un pays riche et on réalise qu'il y a peu de préoccupations et de priorités pour les personnes dans le besoin.»

Le Gasp dénonce le manque d'engagements de certains partis

Le Groupe actions solutions pauvreté (GASP) déplore que la pauvreté soit écartée de la campagne électorale par plusieurs partis politiques, lui qui a épluché les plateformes électorales des quatre principaux partis politiques à la recherche de promesses concernant trois principaux enjeux: le revenu, le logement et l'itinérance.
Force est d'admettre que certains font meilleure figure que d'autres. «C'est déplorable, laisse tomber le coordonnateur Nicolas Luppens. On est dans un pays riche et on réalise qu'il y a peu de préoccupations et de priorités pour les personnes dans le besoin.»
Le PQ et QS font bonne figure
«Notre analyse est que règle générale, le Parti québécois et Québec solidaire proposent des engagements concrets pour permettre la lutte à la pauvreté, note M. Luppens. On est aussi inquiets si le Parti libéral ou la CAQ prennent le pouvoir, car aucune mesure n'est proposée.»
Le GASP a salué les efforts du Parti québécois, qui dans sa plateforme électorale souhaite améliorer le sort des retraités et assurer la pérennité des régimes à prestations déterminées. La formation veut également déployer une nouvelle politique d'habitation et sa politique nationale de lutte à l'itinérance, qui comprend la construction de 3250 logements sociaux. Du nombre, le GASP estime à 30 le nombre d'unités qui pourraient être bâties à Granby. «Il y a de bonnes mesures, mais beaucoup d'initiatives semblent se concentrer dans la métropole. On se demande qu'est-ce qui va aller aux régions», affirme le coordonnateur.
Tous les détails dans notre édition de vendredi