Kbre Hamilton a lancé une entreprise d’ameublement sur mesure sur Facebook, sans prendre la peine d’ouvrir une boutique ayant pignon sur rue.

Vendre au détail... seulement sur les réseaux sociaux

TORONTO — Kbre Hamilton a longtemps travaillé comme mannequin et serveur, mais il y a cinq ans, quand il a trouvé une commode dans une vente de garage, qu'il lui a donné une couche de peinture rouge écarlate et quelques nouveaux boutons, il a trébuché sur une nouvelle façon de faire de l'argent.

L'homme de 33 ans a lancé une entreprise d'ameublement sur mesure à Hamilton, en Ontario, mais il n'a pas pris la peine d'ouvrir une boutique pour entrer sur le marché. Au lieu de cela, il a attrapé un téléphone, pris des photos de ses pièces et commencé à vendre directement sur Facebook et Instagram.

«Je n'ai pas ouvert de boutique en raison du coût, a expliqué M. Hamilton. J'avais un site Web, mais beaucoup plus de gens fréquentaient les médias sociaux. C'est de là que proviennent la plupart de mes clients et de mes références.»

La décision de l'entrepreneur de vendre uniquement sur les réseaux sociaux est de plus en plus populaire auprès de ceux qui veulent minimiser leurs coûts, leurs responsabilités et leur risque d'échec. Les géants des réseaux sociaux ont également faim de profiter de cette tendance qui leur fournit une autre avenue pour générer des clics et, ultimement, des profits.

Au cours des derniers mois, les plates-formes sociales ont déployé une poignée de fonctionnalités conviviales pour la vente au détail.

Facebook a lancé au Canada, en juillet dernier, son offre Marketplace, qui permet de vendre des articles via sa plate-forme. Plus tôt cette année, le mastodonte a élargi les fonctionnalités d'assistant virtuel, permettant aux clients de passer des commandes en ligne, de faire des réservations et d'obtenir des réponses.

En mars, Instagram a commencé à offrir aux entreprises canadiennes une fonctionnalité qui permet aux utilisateurs de puiser dans des photos de produits ou de personnes et d'en savoir plus sur les articles ou de les lier à un endroit où ils peuvent les acheter. Il aide les entreprises à augmenter leurs ventes, car les utilisateurs peuvent facilement et instantanément effectuer un achat sans avoir à quitter la plate-forme ou commencer à rechercher l'article en ligne ou en magasin. Les entreprises ont également accès aux données sur le nombre de personnes qui tapent pour voir ou acheter leurs produits.

Instagram expérimente également en permettant aux clients d'effectuer des réservations ou de prendre des rendez-vous via l'application.

«Nous sommes probablement dans la première version de ce que peut être le magasinage, a déclaré Susan Rose, la directrice du marketing des produits chez Instagram. Vous n'avez plus besoin d'un magasin de brique et de mortier pour vous lancer.»

Elle ajoute que les entreprises de commerce électronique peuvent décider plus tard si elles veulent un emplacement physique ou une boutique éphémère.

Mme Rose n'a pas fourni de détails sur la façon dont Instagram pourrait essayer de répondre aux besoins des entrepreneurs comme M. Hamilton, mais elle a noté que la moitié des entreprises de la plate-forme n'inscrivent pas de site Web, faisant d'Instagram leur seule présence mobile.

Pas de site Web

En septembre 2015, une enquête du site GoDaddy a montré que 59 % des petites entreprises canadiennes n'avaient pas de site Web — 41 % d'entre elles croyant être trop petite pour en justifier un.

Cependant, au cours des années qui ont suivi, une poignée d'entreprises qui ont prospéré en ligne — Casper, la société de lunettes Warby Parker et la marque de vêtements Frank and Oak — ont commencé à abandonner leur modèle d'affaires original pour ouvrir des succursales.

Le messager UPS Canada a également publié une étude qui indique que 40 % des acheteurs en ligne au Canada recherchent des produits dans un canal, mais achètent via un autre. L'étude d'avril a révélé que 77 % des 18 000 consommateurs interrogés étaient satisfaits de leurs achats en ligne, mais que seulement 59 % ont ressenti la même chose de leurs expériences en magasin.

La plupart des entreprises opérant principalement ou uniquement sur des plateformes sociales sont de petits artisans ou des entrepreneurs attirés par le faible coût et la capacité d'expérimenter à peu de risques, a expliqué David Soberman, qui enseigne le marketing à l'Université de Toronto.

«Cela ne semble pas être une affaire à 8 ou 9 millions $», a-t-il déclaré.

Le concept d'exploitation d'une entreprise uniquement sur les réseaux sociaux en est encore à ses balbutiements, poursuit-il, ajoutant que les acheteurs sont de plus en plus à l'aise avec les achats en ligne et les achats auprès de petites entreprises dont la crédibilité ne peut pas toujours être vérifiée avec une recherche Google ou un déplacement au centre commercial.

Shopify et Etsy

Le géant du commerce électronique Shopify, basé à Ottawa, ainsi que le vendeur de produits artisanaux et de petites marchandises Etsy ont lancé de nombreuses entreprises de ce type. Tous deux ont commencé à aider les propriétaires de petites entreprises à trouver un moyen rentable d'entrer sur le marché de détail. Shopify offre un accès à sa plate-forme et à sa technologie avec des forfaits à partir de 29 $, mais avec des frais de transaction entre 2,4 et 3,5 %, plus 30 $, selon la carte de crédit utilisée pour effectuer un achat.

Mme Rose ne veut pas dire si la monétisation des entrepreneurs Instagram fait partie du plan d'affaires de l'entreprise.

M. Soberman souligne qu'il existe une concurrence féroce pour accaparer le marché des achats en ligne parce que les géants des réseaux sociaux peuvent l'utiliser pour générer plus de trafic pour leurs annonces, ce qui est une grande partie de la façon dont ils font leur argent.

«Je pense qu'à long terme, toutes ces plateformes de réseaux sociaux s'inquiètent d'être dépassées ou de devenir obsolètes, comme Myspace. Si vous n'avez pas les fonctionnalités ou les petites fioritures de vos rivales, vous risquez de prendre du retard.»

M. Hamilton a dit qu'il a peu réfléchi à la façon dont les entreprises de réseaux sociaux courtisent les entrepreneurs ou ce qu'elles pourraient faire pour augmenter l'utilisation de la plate-forme par les propriétaires parce que cela lui rapporte des milliers de clics sur son site Web.

Cela a également conduit des dizaines de personnes à lui demander des travaux de peinture personnalisés et a inspiré une deuxième idée d'entreprise potentielle qui puise dans une autre de ses passions: la vente de vêtements rétro.