Des perquisitions ont eu lieu à plusieurs endroits au Québec, notamment à Longueuil.

Vaste frappe contre les Hells Angels

Les enquêteurs de l’Escouade nationale sur la répression du crime organisé (ENRCO) ont frappé mercredi contre un réseau de trafic de drogue lié aux Hells Angels.

Dès le matin, les policiers ont perquisitionné dans quinze résidences, deux commerces et dix-huit véhicules répartis à travers la province. À Québec, des enquêteurs ont effectué une perquisition dans l’arrondissement de Charlesbourg. Aucune arrestation n’est prévue pour l’instant. 

La frappe, menée par 150 policiers, vise un réseau de trafic de stupéfiants principalement actif dans l’Est-du-Québec —au Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine — et au Nouveau-Brunswick. 

«Le réseau de trafic de stupéfiants dans l’Est-du-Québec et au Nouveau-Brunswick est directement relié à des membres influents des Hells», explique Ann Mathieu, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ). 

En plus de Québec, des perquisitions ont lieu à Longueuil, Shawinigan, Brossard, Drummondville, Scott, Saint-Marguerite, Blainville, Saint-Jérôme et  Edmundston et Sainte-Anne-de-Madawaska, au Nouveau-Brunswick.

Selon La Presse, les résidences des membres influents des Hells Angels Yannick et Éric Blanchette, Kaven Langlois et Daniel Beaulieu, font partie de celles qui ont été visées. 

Le quotidien montréalais rapporte que Beaulieu est soupçonné d’être la tête dirigeante de l’un des réseaux de trafic de drogue visés par la frappe de mercredi. Ancien membre de la section de Québec avant de porter les couleurs de celle du Nouveau-Brunswick, il était l’un des responsables de l’ancien local des motards à Charny, démoli après l’opération SharQc.

L’ENRCO regroupe plusieurs corps policiers, dont la SQ, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et certains services municipaux, dont le Service de police de la Ville de Québec et le Service police de la Ville de Lévis. Il a pour mission de s’attaquer aux têtes dirigeantes du crime organisé au Québec.