Valérie Noël veut donner une seconde vie aux arbres coupés pour faire place au Club Med de Charlevoix.

Valérie Noël raconte des histoires avec le bois

« Tu me donnes un bout de bois et je te gosse quelque chose ! » La propriétaire de Bois massif Québec, Valérie Noël, a de quoi s’amuser. Elle vient d’acquérir des tonnes d’érable, de bouleaux et de pins, coupés pour faire place au futur Club Med de Charlevoix. Ces immenses troncs d’arbre, datant de quelques centaines d’années pour certains, seront vendus ou transformés en meubles uniques au cours des prochaines années. Un projet qui occupe Valérie Noël et son conjoint, Yannick Girard, initialement spécialisés en entretien de revêtement en bois extérieur.

Valérie Noël est originaire de Neuville, dans la région de la Capitale-Nationale. Elle s’est installée à La Baie après avoir rencontré son conjoint, un Saguenéen. Passionnée depuis l’enfance par le bois et tout ce qui en découle, la jeune femme s’est lancée en affaires dans l’entretien du revêtement extérieur en fondant Bois massif Québec en août 2017. Depuis, la jeune entreprise s’est attaquée à bien des bâtiments, notamment à l’aréna de La Baie, au pavillon des croisières, à une dizaine de chalets de Val-Jalbert, au Camp musical de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix et à beaucoup de maisons et de chalets privés.

« Nous sommes vraiment spécialisés dans l’entretien extérieur. Le bois, ça prend énormément d’entretien et si on ne s’en occupe pas, ça perd beaucoup de valeur. L’entretien du patrimoine bâti nous tient beaucoup à coeur », explique Valérie Noël, lorsque rencontrée dans son atelier de la rue Victoria, à La Baie.

Au cours de l’entrevue, nous nous sommes déplacés vers un terrain situé sur le chemin Saint-Anicet, non loin de la Base militaire de Bagotville. Sur le terrain trônent des centaines d’immenses troncs d’arbre, qui ont été sciés en prévision du futur Club Med du Massif de Charlevoix.

Valérie Noël utilise l’epoxy pour donner une touche unique à ses meubles.

« Lorsqu’on a appris qu’il y avait la possibilité d’acheter ces arbres, nous avons sauté sur l’occasion », a souligné Valérie Noël, ajoutant qu’elle a dû jouer du coude avec d’autres entreprises qui avaient également l’oeil sur ces arbres.

Ces pièces de bois serviront, entre autres, à la création de meubles de prestige faits sur mesure. Il s’agit là d’un nouveau créneau dans lequel s’est lancée Valérie Noël. Elle désire ainsi créer des meubles qui auront une histoire à raconter. « Imaginez, chaque pièce aura son passé et son histoire avec une conscience écologique », souligne l’entrepreneure, qui se sent chez elle lorsqu’elle est entourée de bois.

Depuis le lancement de la collection de meubles, baptisée Rivière d’érable, au printemps dernier, Valérie Noël a fabriqué et vendu une trentaine de tables. Ces pièces se détaillent entre 2000 et 5000 $. Elle utilise notamment de l’époxy pour créer des effets colorés dans les pièces.

« Chaque table est unique, avec les cicatrices du bois. Je n’ai pas le désir de mettre mes tables en vente dans les magasins de meubles, mais j’offre plutôt des morceaux de prestige », note-t-elle.

Les arbres coupés sont entreposés sur un terrain de La Baie.

Table à manger, table de chevet, secrétaire, table basse ; l’imagination de la jeune femme est sans limites. Une boutique en ligne sera bientôt lancée, afin que le client puisse concevoir sa propre pièce.

Elle fait affaire avec des entreprises régionales, comme Art Soudure et Coupesag, pour créer ses meubles.

Bois massif Québec restaure le bâtiment du Service des arts et de la culture de Saguenay, situé dans le quartier du Bassin, à Chicoutimi.

Cette passion pour le bois fait partie de Valérie Noël depuis qu’elle est toute petite. « Lorsque je suis née, mon père fabriquait un trimaran, qui est un voilier de 40 pieds fait de bois, de fibre de verre et d’époxy. J’ai grandi dans cet univers et ça m’a toujours passionnée. J’ai fait plusieurs boulots avant de me lancer dans Bois massif Québec. J’ai été courtière immobilière, j’ai travaillé beaucoup en vente, mais j’ai voulu revenir au bois », a expliqué Valérie Noël.

« J’aime tout ce qui est nature et j’ai aussi un côté artistique très développé, alors marier les deux était la meilleure recette », a ajouté l’entrepreneure.

+

SENSIBILISATION ET REBOISEMENT

Plus tôt cette semaine, Bois massif Québec et Arbre-Évolution ont annoncé la création d’un partenariat écologique. Une première activité de sensibilisation et de plantation, organisée à l’école Sainte-Thérèse de La Baie, a marqué le coup d’envoi de ce partenariat. 

Les jeunes de l’école primaire de la rue Victoria ont pu participer à des ateliers de sensibilisation à l’environnement et aux changements climatiques. Les enfants ont également planté trois arbres dans la cour d’école. 

Valérie Noël avait entendu parler d’Arbre-Évolution, une coopérative du Bas-Saint-Laurent, et s’était informée des possibilités de collaboration avec le Programme de reboisement social, un modèle développé par Arbre-Évolution il y a cinq ans. « Nous voulons supporter la plantation d’arbres dans les milieux de vie qui en ont besoin », a affirmé Valérie Noël. 

« Notre modèle vise l’éducation populaire par la sensibilisation et le reboisement. Selon nous, il n’y a rien de plus important que de conscientiser les écocitoyens de demain », a ajouté Simon Côté, coordonnateur général de la coopérative bas-laurentienne, qui est maintenant établie dans plusieurs régions du Québec. 

Bois massif Québec compte supporter la plantation de plusieurs centaines d’arbres annuellement à compter de l’automne.