Montréal est fortement touchée par la vague de chaleur qui sévit depuis près d'une semaine.

Vague de chaleur: le bilan grimpe à 33 morts au Québec

MONTRÉAL — Le bilan des décès «potentiellement» liés à la chaleur au Québec s'élevait à 33 jeudi.

De ce nombre, 18 décès ont été enregistrés à Montréal, sept en Estrie, cinq en Mauricie-Centre-du-Québec, deux en Montérégie et un à Laval, a précisé le docteur Horacio Arruda, directeur national de santé publique, au cours d'une conférence de presse à Montréal.

La ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, a pris soin de souligner qu'aucun de ces décès n'avait eu lieu dans un établissement du réseau, qu'il s'agisse d'un centre hospitalier ou d'un CHSLD (Centre d'hébergement et de soins de longue durée).

Portrait

Ces 33 décès ont eu lieu chez des personnes vulnérables, qui avaient déjà d'autres maladies, souvent chroniques, ou des problèmes de dépendance à l'alcool ou aux drogues ou des problèmes de santé mentale, et à la maison.

La docteure Mylène Drouin, directrice régionale de la santé publique de Montréal, a précisé que dans la métropole, ce sont «principalement des hommes, âgés de 53 à 85 ans, qui habitaient tous dans des endroits non climatisés, souvent en hauteur, et dans des endroits où il y avait des îlots de chaleur, donc des endroits peu végétalisés».

Les services ambulanciers ont effectivement été très occupés. Mercredi seulement, Urgences-santé a reçu plus de 1200 appels et 695 transports ambulanciers ont été faits à Montréal, a précisé la docteure Drouin.

Pour ce qui est de l'inconfort enduré par les malades et les travailleurs de la santé dans des établissements qui ne sont pas climatisés, la ministre Charlebois a assuré que «le réseau de la santé et des services sociaux a fait tout le nécessaire», compte tenu de la vétusté de certains établissements.

Elle a précisé que même dans les établissements qui ne sont pas climatisés en général, il y a une aire où il y a de la climatisation ou un rafraîchissement possible.

«Je suis satisfaite du travail qui a été fait auprès des personnes les plus vulnérables», a commenté la ministre Charlebois, en prenant soin d'ajouter que tout décès reste déplorable.

PQ et CAQ

Mme Charlebois a cependant écorché au passage le Parti québécois et la Coalition avenir Québec, qui ont laissé entendre, mercredi, que le gouvernement n'en avait pas fait assez et assez vite, notamment en ajoutant de la climatisation dans les établissements de santé.

«J'ai trouvé ça indécent qu'ils sortent là pour parler de ça. Indécent, ce n'est même pas le mot qui me vient en tête, mais je vais m'en tenir là, je vais être polie. Ces personnes-là qui sont en situation de vulnérabilité, là, elles méritent mieux que de la petite politique», s'est exclamée la ministre Charlebois.