Une Québécoise arrêtée à l’aéroport en Floride pour une blague sur une bombe

FORT LAUDERDALE, Fla. — Une Québécoise a été arrêtée à l’aéroport international de Fort Lauderdale-Hollywood pour une blague sur une bombe dans un bagage, affirme le «South Florida Sun Sentinel».

Selon le média américain, Nathalie Dorothée Tremblay a été arrêtée mardi soir sous des soupçons d’un faux signalement d’une arme ou d’un explosif, une infraction criminelle. Une caution de 5000 $ a été établie pour la Québécoise par la juge du comté de Broward Jackie Powell, mercredi.

L’incident a entraîné des retards dans les vols à l’aéroport dans le sud de l’État de la Floride.

Quand un agent de bord a demandé mardi aux passagers sur le vol d’Air Canada à qui appartenait un sac qui ne rentrait pas dans le compartiment supérieur, Nathalie Dorothée Tremblay, âgée de 53 ans, a dit à son conjoint qu’il y avait «une bombe à l’intérieur» avant de commencer à rire, selon un rapport du shérif du comté de Broward cité par le «South Florida Sun Sentinel».

Mme Tremblay, qui serait résidante de Mascouche, aurait été mise en garde par son copain de ne pas faire de blague, au risque d’être expulsée de l’avion. L’agent de bord s’est inquiété, a rapporté ce qui avait été dit au commandant de bord et les passagers ont été escortés hors de l’appareil, a précisé le journal.

Le terminal 2 a été fermé, l’escouade anti-bombes du shérif de Broward a examiné le bagage et a déterminé qu’il ne contenait pas d’explosif.

Le vol d’Air Canada à destination de Montréal a été retardé d’environ deux heures. Deux autres vols d’une autre compagnie aérienne ont été retardés d’environ une heure, selon le média américain.

Le rapport du shérif affirme que la passagère aurait dit ne pas pouvoir se souvenir précisément des mots employés, tout en s’excusant pour une «blague stupide».

Lors d’une audience en cour, mercredi, l’avocat désigné pour la passagère aurait affirmé qu’il s’agit «essentiellement d’une blague horrible ayant mal tourné, et que Mme Tremblay en a maintenant pris conscience», indique le «South Florida Sun Sentinel».