Le quart-arrière des Alouettes, Vernom Adams Jr. célébrant la victoire avec ses coéquipiers.

Une première participation aux séries pour les Alouettes depuis 2014

MONTRÉAL — Pour la première fois depuis 2014, les Alouettes de Montréal participeront aux éliminatoires de la Ligue canadienne de football. Leur victoire de 21-17 durement acquise contre les Stampeders de Calgary leur a procuré leur ticket pour le tournoi automnal, au grand plaisir de 18 454 spectateurs réunis au stade Percival-Molson et qui ont bruyamment accueilli ce gain.

«C’est une sensation exceptionnelle, a déclaré le vétéran centre Kristian Matte, qui était ému dans le vestiaire des siens. C’est aussi spécial pour la foule. Les spectateurs nous font vivre des choses que nous n’avons jamais vécues ici, alors je sais qu’on ne fait pas ça que pour nous.»

«Je viens de dire aux joueurs que je suis vraiment très fier d’eux, a indiqué l’entraîneur-chef Khari Jones. Je suis fier qu’ils aient cru en notre plan. Il y avait plusieurs raisons de ne pas croire en nous en début de saison. Les gars ont décidé d’en faire abstraction et de jouer. Et nous avons joué du football très solide depuis le début.

«Je vais sûrement prendre un moment pour l’apprécier - avec les entraîneurs, mais aussi la direction, tous ceux qui ont participé à ces succès - mais il reste quatre matchs à jouer et je me tournerai rapidement vers (notre prochain match contre) les Blue Bombers de Winnipeg.»

Des touchés de Vernon Adams fils (18 en 29, 206 verges) et Mario Alfort, ainsi que des placements de 11 et 25 verges de Boris Bede, qui a ajouté un simple, ont fourni les points aux vainqueurs. La réplique des Stamps (9-5) est venue des touchés de Don Jackson et Josh Huff. Rene Paredes a ajouté un placement de 12 verges, en plus de rater sur une distance de 40.

Mais c’est à sa défensive que les Alouettes (8-6) doivent cette victoire, même si elle a accordé 464 verges à Bo Levi Mitchell et 547 verges en tout.

La défense s’est notamment signalée lors d’une séquence de cinq séries amorcée en fin de deuxième demie. Les protégés de Bob Slowik ont alors réussi une interception et provoqué trois échappés, qu’ils ont recouvrés.

«Nous avons fait ce que nous avions à faire, a déclaré l’ailier défensif John Bowman, auteur d’un sac dans la rencontre. En première demie, nous avons accordé beaucoup de verges et Mitchell semblait très à l’aise. Nous nous sommes replongés dans notre cahier de jeux à la pause et nous avons provoqué plusieurs revirements.

«Nous sommes demeurés unis, concentrés, a ajouté Bowman, qui proposé un toast à ses coéquipiers de l’unité défensive après la rencontre. Nous savions que nous devions hausser notre niveau de jeu. Nous nous sommes serré les coudes.»

Sur l’autre poussée des Stamps, la défense a forcé l’attaque des visiteurs à dégager. Sur le retour, Alford a profité d’un superbe bloc de Félix Faubert-Lussier pour franchir 85 verges et inscrire un touché.

Seul point négatif: sur ces quatre importants revirements, l’attaque montréalaise n’a été en mesure que d’inscrire trois points.

Malgré tout, l’attaque en a fait juste assez. Mais de nouveau, les Alouettes ont laissé l’adversaire prendre les commandes avant de se mettre en marche. Comme ça avait été le cas contre les Blue Bombers il y a deux semaines, c’est une interception réussie en fin de première demie qui a relancé les locaux.

Posté devant la ligne de mêlée, le colosse plaqueur Ryan Brown - qui mesure six pieds cinq pouces - a sauté le plus haut qu’il peut et levé les bras au ciel pour intercepter le lancer de Mitchell (31 en 43, un touché), ce qui a permis à Bede de réussir son premier placement et ramener les Alouettes à 17-10.

Après le touché d’Alford, Bede a donné les devants 18-17 aux siens au troisième quart sur un simple, avant de compléter le pointage à la période suivante sur son deuxième placement du match.

Les Stamps ont repris le ballon avec 2:07 à jouer, mais de nouveau, la défense s’est dressée devant Mitchell et l’attaque des visiteurs. Après avoir obtenu deux premiers jeux, ils ont été stoppés au milieu du terrain.

Les visiteurs ont eu une autre occasion de reprendre le ballon - il s’agit de la LCF après tout! -, mais la défense a encore une fois fermé les livres et confirmé le balayage de la série de deux rencontres face aux Stampeders. Les Alouettes n’avaient pas balayé la formation de Calgary depuis 2009.

Cette victoire pourrait toutefois avoir coûté très cher à Jones et ses troupes, puisque trois joueurs n’ont pas terminé la rencontre: le secondeur Tevin Floyd, le bloqueur gauche Tony Washington, ainsi que le demi défensif Ryan Carter.

Jones n’était pas en mesure de préciser la nature des blessures de ces trois joueurs, ni d’estimer la durée de leur absence. Mais une chose est certaine: la blessure de Washington - Adams est tombé sur sa jambe droite - semblait particulièrement douloureuse et il a quitté le terrain sur un motorisé.

En leur absence, leurs remplaçants ont bien fait.

Chris Schleuger a été déplacé du côté gauche de la ligne, tandis que Landon Rice a été inséré comme bloqueur à droite. La défense des Stamps ne s’est pas rendue plus facilement à Adams malgré cette nouvelle configuration sur la ligne.

D.J. Lalama a pris la place de Floyd comme secondeur éloigné et il a terminé avec huit plaqués, dont un pour une perte.

Finalement, Dominique Termansen a remplacé Carter sans que ce côté de la défense en soit affaibli.

«On ne peut qu’espérer que tous ces joueurs n’ont pas été touchés sérieusement et qu’ils seront en mesure d’être en poste contre les Bombers, samedi prochain», a souhaité Jones.