Le projet de la ferme Erabboeuf est présenté comme un lieu d’élevage de 3996 porcs à l’engraissement.
Le projet de la ferme Erabboeuf est présenté comme un lieu d’élevage de 3996 porcs à l’engraissement.

Une mégaporcherie verra le jour dans le Canton de Valcourt

Jacynthe Nadeau
Jacynthe Nadeau
La Tribune
Le feu vert sera bientôt donné pour la construction d’une mégaporcherie de presque 4000 têtes dans le Canton de Valcourt, aux limites de Maricourt.

La MRC du Val-Saint-François mène jusqu’à vendredi une consultation écrite sur le projet auprès des citoyens du Canton de Valcourt, ce qui constitue la dernière étape avant l’émission du permis de construction par la Municipalité.

« Le projet va se faire, c’est sûr », explique Karine Bonneville, responsable de l’aménagement et de l’urbanisme à la MRC. Les citoyens sont invités à exprimer leurs préoccupations, mais ils ne pourront pas bloquer le projet, précise-t-elle.

Prévu en zone agricole, sur une propriété qui compte déjà une ferme bovine, le projet de porcs d’engraissement de la ferme Erabboeuf a reçu son certification d’autorisation du ministère de l’Environnement en juin et a été jugé conforme au règlement d’urbanisme de la municipalité du Canton de Valcourt.

La procédure légale prévoit aussi une période de consultation préalable à l’émission du permis de construction pour déterminer si des mesures d’atténuation sont requises « pour assurer une meilleure cohabitation et intégration du projet dans le milieu environnant », peut-on lire dans l’avis public de la MRC du Val-Saint-François.

En temps normal, cette consultation se serait tenue en public, mais pandémie oblige, la MRC et la Municipalité ont convenu de procéder par écrit, en donnant une semaine de plus aux citoyens pour s’exprimer, résume Mme Bonneville. Un avis a été envoyé à chaque porte et publié dans l’hebdomadaire local.

« Aussitôt que le certification d’autorisation est émis, nos délais commencent à courir. On n’aurait pas pu attendre en septembre pour tenir la consultation », précise-t-elle.

« On est en zone agricole ici »

C’est le conseil municipal du Canton de Valcourt qui a délégué à la MRC la tâche de mener cet exercice puisqu’elle a déjà l’expertise pour le faire, explique le maire Patrice Desmarais, en rappelant la construction d’une maternité de 2340 porcs à Saint-François-Xavier-de-Brompton, dans la même MRC, en 2012.

« Une consultation pour l’installation d’une porcherie, ce n’est pas tous les jours qu’on voit ça », dit le maire Desmarais, qui réside lui-même à moins d’un kilomètre du site projeté sur la route 222 aux limites de Maricourt. 

« C’est sûr qu’il y a toujours une certaine inquiétude concernant les odeurs principalement, mais on est en zone agricole ici », commente-t-il.

Selon les résultats de la consultation, la Municipalité pourrait exiger jusqu’à cinq mesures d’atténuation supplémentaires lors de l’émission du permis de construction pour faciliter l’intégration du projet dans le milieu, explique Karine Bonneville.

On parle du recouvrement des fosses à lisier, de l’incorporation du lisier au sol lors de l’épandage, de distances séparatrices supplémentaires à celles prévues au règlement d’urbanisme, d’écrans végétaux brise-odeurs et d’équipements à l’intérieur des bâtiments pour favoriser l’économie d’eau.

Les citoyens n’ont toutefois pas le pouvoir de bloquer le projet, qui prévoit deux bâtiments pour 3996 porcs d’engraissement construits loin de la route 222, à la lisière d’une zone boisée.

« On va voir après la consultation publique ce que le conseil va recommander pour l’émission du permis, mais on ne peut pas refuser le permis », insiste le maire Desmarais.

Depuis le début de la consultation le 20 juillet, sept commentaires ont été reçus à la MRC. 

Les citoyens y expriment des préoccupations liées aux odeurs, à la perte de jouissance de leur cour extérieure en été, à la perte de valeurs de leurs propriétés et à l’alimentation en eau, rapporte Mme Bonneville.

Ces commentaires seront consignés dans un rapport qui sera adopté par le conseil de la MRC puis envoyé à la Municipalité du Canton de Valcourt. Si tout va comme prévu, la Municipalité devrait statuer à son assemblée de début septembre.