Une majorité favorable au projet Énergie Saguenay

Denis Villeneuve, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Denis Villeneuve, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
À quelques jours du début de l’enquête du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) portant sur le projet Énergie Saguenay, un sondage Segma Recherche réalisé pour le promoteur indique qu’une majorité de 52,3 % de la population du Saguenay-Lac-Saint-Jean se montre favorable au projet de liquéfaction et d’exportation de gaz naturel à partir de Grande-Anse.

L’enquête, réalisée du 30 août au 2 septembre au moyen de 804 entrevues téléphoniques, porte sur la notoriété, le niveau d’information ainsi que les sources consultées par les répondants pour se forger une opinion sur le projet. Un total de 454 répondants proviennent du Saguenay et 350 du Lac-Saint-Jean.

Après avoir reçu une brève description du projet se trouvant sur le site du BAPE, les données compilées indiquent de façon générale que 52,3 % des répondants sont favorables à la concrétisation du projet tandis qu’un tiers (32,7 %) se disent potentiellement favorables à certaines conditions. Ceux qui s’y opposent fermement représentent 9,4 % des répondants. Les citoyens du Saguenay (57,1 %) sont davantage favorables que ceux du Lac-Saint-Jean (44,7 %). Les partisans inconditionnels s’élèvent à 53,5 % à Chicoutimi, comparativement à 64,5 % dans Dubuc.

Les sondeurs ont voulu mesurer le degré de connaissance du projet des répondants. Une relance lors de l’interrogatoire a permis au sondeur de préciser qu’il consiste à construire une usine de 9 G$ pour liquéfier le gaz naturel sur le site de Port de Saguenay.

Près de huit répondants sur dix (77,4 %) affirment connaître le projet Énergie Saguenay au moins pour en avoir entendu parler, un taux de notoriété qui passe de 72,8 % dans Lac-Saint-Jean à 83,6 % dans Dubuc. Avant la question de relance décrivant le projet, 52,2 % des répondants affirmaient connaître le projet Énergie Saguenay, dont 46,5 % dans le secteur Lac-Saint-Jean et 56,0 % au Saguenay. Il s’agit d’un résultat similaire à celui d’un autre sondage réalisé en juillet 2019.

Segma constate que les deux tiers des répondants (66,6 %) se disent informés sur le projet Énergie Saguenay, dont 28,0 % « très bien » ou « assez bien » informés et 38,6 % « assez peu ». Une proportion de 32,1 % ne sont aucunement informés ou ne connaissent tout simplement pas le projet. Le niveau d’information de la population régionale semble avoir progressé depuis l’étude réalisée en juillet 2019 alors que plus de la moitié des répondants (50,7 %) n’étaient pas du tout informés ou ne connaissaient pas le projet.

Le nombre des répondants non informés est plus élevé dans Lac-Saint-Jean (36,6 %) et parmi les femmes (46,1 %). De manière générale, le niveau d’information a tendance à augmenter avec l’âge, la scolarité et les revenus des répondants.

Même si elles se montrent majoritairement favorables au projet, la moitié des personnes qui appuient le projet posent comme condition à sa réalisation que les impacts environnementaux soient limités ou favorables, 13,2 % souhaitent qu’il ait des impacts positifs sur l’emploi ou l’économie, alors que 8 % préfèrent être mieux informés sur le projet avant de se prononcer définitivement. Une proportion de 7 % des répondants souhaite que le projet ne contribue pas négativement sur certains points spécifiques.

Sur une échelle de 0 à 10 (zéro signifiant extrêmement négatif), la majorité des répondants (78,3 %) estiment que les impacts du projet seront grands (6 ou plus) en termes d’emplois créés dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les impacts sur la création d’emplois paraissent plus importants pour les répondants du Saguenay que pour ceux du secteur Lac-Saint-Jean. Les opposants au projet sont ceux qui jugent le plus faiblement les impacts en termes d’emplois créés.

Une majorité (54,4 %) de gens qui ne sont pas inconditionnellement favorables auraient une opinion plus favorable du projet si la création d’emplois était améliorée.

Sur la même échelle, près de la moitié des répondants (46,3 %) estiment que les impacts du projet sur les émissions de gaz à effet de serre dans le monde seront positifs (6 ou plus). Le tiers (32,8 %) pensent que l’impact sera neutre (note de 5) alors que 20,9 % prévoient que les impacts seront globalement négatifs. Les opposants au projet sont ceux qui jugent le plus négativement les impacts du projet sur cet aspect.

La majorité (68,0 %) des répondants qui ne sont pas favorables inconditionnellement auraient une opinion plus favorable du projet si ses impacts sur les émissions de gaz à effet de serre dans le monde étaient améliorés.

Les répondants ont été interrogés relativement aux impacts du projet sur la beauté naturelle du fjord du Saguenay, à partir de l’échelle zéro à dix. Un peu moins de la moitié des répondants (45,5 %) estiment que les impacts du projet sur la beauté naturelle du fjord du Saguenay seront positifs (6 ou plus), un peu moins du tiers (30,6 %) pensent que l’impact sera neutre (note de 5) alors qu’environ le quart (23,9 %) prévoient que les impacts seront globalement négatifs. Les opposants au projet sont ceux qui jugent le plus négativement les impacts du projet sur cet aspect.

Une majorité (61,2 %) de répondants qui ne sont pas favorables inconditionnellement auraient une opinion plus favorable du projet si ses impacts sur la beauté naturelle du fjord du Saguenay étaient améliorés.

Plus des trois quarts des répondants (78,6 %) autres que ceux déjà favorables au projet pourraient développer une opinion plus favorable à sa réalisation si des impacts environnementaux étaient améliorés ou mitigés, dont 15,0 % qui présentent un fort potentiel. La bonification d’un seul des trois aspects environnementaux évalués aurait un effet positif sur leur point de vue. L’impact du projet sur les mammifères marins dans le fjord du Saguenay est le facteur environnemental qui pourrait avoir le plus d’influence sur l’opinion des gens.

En prévision de l’enquête du BAPE, seulement 6,2 % des répondants ont l’intention de participer directement aux travaux, une proportion qui passe de 3,8 % dans le secteur Lac-Saint-Jean à 7,9 % au Saguenay.

Les répondants opposés au projet sont proportionnellement plus nombreux à vouloir participer aux travaux du BAPE, à 12,4 %, contre 6,1 % pour ceux qui se disent favorables au projet et 6,0 % pour ceux dont l’appui est conditionnel.

Les médias traditionnels restent le moyen préféré de la population du Saguenay-Lac-Saint-Jean pour s’informer sur un projet comme celui d’Énergie Saguenay ; aucune différence significative sur cette question en fonction du lieu de résidence.

En bref

• Par rapport aux autres répondants, les gens opposés au projet ont moins souvent tendance à utiliser les médias sociaux pour s’informer, mais davantage à rechercher des informations auprès de groupes en qui ils ont confiance.

• Le sondage Segma comporte une marge d’erreur maximale de 3,5 % selon un intervalle de confiance de 95 %.

+

DES PARTISANS DU PROJET SE RÉJOUISSENT

GNL Sag-Lac, un groupe formé sur le Web et qui affirme représenter 37 000 membres, se réjouit des résultats du sondage dévoilé lundi.

Par voie de communiqué, le porte-parole, Yvon Laprise, fondateur de la page, et Annik Lachance Gravel, modératrice de la page Facebook et ambassadrice du mouvement Je crois en ma région, se sont dits ravis de constater les résultats du sondage Segma, qui confirme l’appui de la population régionale, à la hauteur de 85 %, au projet Énergie Saguenay du promoteur GNL Québec.

« Ces données démontrent hors de tout doute possible que les opposants au projet font peut-être beaucoup de bruit, mais ils ne représentent que 9 % de la population alors que le taux d’appui favorable inconditionnellement au projet atteint plus de 52 % », déclarent en coeur Yvon Laprise et Annik Lachance Gravel. 

Les co-porte-paroles de GNL Sag-Lac ont décidé de se faire la voix de cette majorité silencieuse et encouragent les gens en faveur des grands projets, dont celui d’Énergie Saguenay, à prendre ouvertement position. « Le BAPE s’en vient à grands pas, il est temps de faire résonner notre appui dans la région et même au-delà. Il faut envoyer un signal fort quant à notre volonté d’accueillir ce projet majeur », lancent-ils.

Les membres du groupe GNL Sag-Lac sont convaincus qu’Énergie Saguenay permettra au Saguenay-Lac-Saint-Jean de devenir une vitrine technologique d’exception en matière de transition énergétique et d’innovation. Ils croient que ce projet sera un des fers de lance pour ramener la région sur la voie de la prospérité.