L'ouragan Florence fonçait mercredi vers la côte est des États-Unis avec des vents de 215 kilomètres/heure.

Une Coaticookoise d'origine affrontera l'ouragan

« C’est un ouragan à prendre très au sérieux, mais nous avons décidé de rester à la maison. »

Jacinthe Paré demeure à Virginia Beach, au nord de la trajectoire de Florence, ouragan dont les vents soufflaient mardi à 215 kilomètres/heure et qui menaçait de passera à la catégorie 5, avant de foncer vers la côte Est des États-Unis.

Lire aussi: L’ouragan Florence fonce vers les Carolines

Pour cette femme originaire de Coaticook, l’instant est grave, mais elle et sa famille ne prévoient pas fuir vers des terres plus sécuritaires le temps que la méga tempête potentiellement dévastatrice passe.

« Je suis ici depuis 1994 et chaque automne on doit composer avec la saison des ouragans. Nous avons fait des achats en fonction du fait que nous allons certainement manquer d’électricité. Nous avons fait une réserve d’eau et ramassé tout ce qui pourrait partir au vent à l’extérieur durant l’ouragan », explique Mme Paré, représentante pour le Québec au Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach.

« La trajectoire de l’ouragan peut varier. Nous sommes à droite du cône que formera l’ouragan. Nous avons pris la décision de rester ici. »

Originaire de Coaticook, Jacinthe Paré demeure à Virginia Beach et a décidé d’affronter l’ouragan Florence qui menace la Virginie.

Jacinthe Paré demeure à quelques coins de rue de la mer au sud-est de la Virginie. Elle ne sentait pas de branle-bas de combat dans les environs, lorsque jointe par La Tribune mardi après-midi. « Il fait beau. C’est peut-être le calme avant la tempête… »

« Je ne constate pas de panique. Il y a peut-être plus d’activité dans les magasins où les gens vont acheter les choses. Nous y étions à 8 h ce matin pour acheter de l’eau en bouteilles. »

« Les écoles ont été fermées jusqu’à vendredi pour permettre aux parents qui le peuvent d’évacuer. C’est un ouragan qui se déplace assez lentement. Nous avons le temps de le voir venir. Nous sommes prêts à le recevoir. »