Cet événement meurtrier est survenu à environ 40 kilomètres de la mine de Boungou (photo), un des deux sites exploités par la compagnie dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, lorsqu’un convoi de cinq autobus accompagné d’une escorte militaire s’est retrouvé dans une embuscade.

Une attaque contre des employés de la minière québécoise Semafo au Burkina Faso fait plusieurs morts

Des travailleurs du producteur d’or québécois Semafo ont une fois de plus fait l’objet d’une attaque au Burkina Faso, mercredi, qui s’est soldée par la mort d’au moins 37 personnes en plus de faire 60 blessés.

Cet événement meurtrier est survenu à environ 40 kilomètres de la mine de Boungou, un des deux sites exploités par la compagnie dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, lorsqu’un convoi de cinq autobus accompagné d’une escorte militaire s’est retrouvé dans une embuscade.

Le véhicule militaire qui se trouvait à l’avant aurait heurté un engin explosif. À la suite de la déflagration, le reste du convoi a été la cible de coups de feu par des «individus armés non identifiés», selon un communiqué signé par le gouverneur de la région de l’est, le colonel Saïdou Sanou.

«Un ratissage des forces de défense et de sécurité est en cours dans la zone», a-t-il souligné.

À la Bourse de Toronto, la nouvelle a fait dégringoler le titre de Semafo, qui a abandonné 44 cents, ou environ 11 %, pour clôturer à 3,49 $.

Site «sécuritaire»

«Le site de la mine Boungou demeure sécuritaire et nos opérations n’ont pas été affectées, a indiqué Semafo, dans un communiqué. Nous travaillons activement avec toutes les autorités concernées afin d’assurer la santé et la sécurité de nos employés, entrepreneurs et fournisseurs.»

Personne n’était disponible du côté de l’entreprise en fin d’après-midi pour fournir d’autres détails. On ignorait l’origine des victimes.

Établie à Montréal, Semafo, qui compte 1200 salariés, dont 85 expatriés, à ses sites de Mana et Boungou, avait déjà été confrontée à des enjeux de sécurité dans le passé sur des routes menant à ses installations. Cela avait incité la minière à déployer des mesures supplémentaires — comme le transport de ses employés non burkinabés par hélicoptère — pour assurer la sécurité de son personnel.

«Jusqu’à présent, nous n’avons pas de rapport concernant des citoyens canadiens affectés par l’incident», a écrit une porte-parole d’Affaires mondiales Canada, Angela Savard, dans un courriel envoyé à La Presse canadienne, dans lequel elle «condamne fermement l’attaque».

Violences

Depuis plusieurs années, le Burkina Faso est le théâtre de violences attribuées à des mouvements djihadistes. Lundi, cinq gendarmes et au moins cinq autres civils avaient perdu la vie à la suite d’une attaque survenue dans le nord du pays, à proximité de la frontière avec le Mali.

En août 2018, un employé de Semafo ainsi qu’un sous-traitant avaient notamment été tués lorsque l’autobus transportant des travailleurs avait été ciblé par des bandits et cinq gendarmes avaient perdu la vie lors d’une autre attaque quelques jours plus tôt.

Puis, en décembre 2018, le producteur d’or avait indiqué que les forces de sécurité gouvernementales avaient été la cible d’une attaque sur une route située à environ 40 kilomètres de sa mine de Boungou, ce qui avait coûté la vie à cinq personnes.

Semafo n’est pas la seule minière canadienne à être présente au Burkina Faso. Iamgold et Roxgold emploient respectivement 2200 et 800 salariés dans ce pays.