Le Sherbrookois Mohammad Moeini vivait à Sherbrooke et travaillait pour la compagnie BRP à Valcourt. — Photo tirée de Facebook
Le Sherbrookois Mohammad Moeini vivait à Sherbrooke et travaillait pour la compagnie BRP à Valcourt. — Photo tirée de Facebook

Un Sherbrookois parmi les victimes de l’écrasement

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
La Presse canadienne
Un Sherbrookois ainsi que quatre membres de la famille d’une restauratrice de Sherbrooke figurent parmi les victimes de l’écrasement, en Iran mercredi, d’un avion de ligne transportant 176 personnes.

Mohammad Moeini, 35 ans, vivait à Sherbrooke et travaillait pour Bombardier Produits récréatifs (BRP) à Valcourt. Il était ingénieur.

À LIRE AUSSI: Écrasement d'avion en Iran: trois étudiants de l'Université d'Ottawa parmi les victimes

Le Canada demande à participer à l’enquête sur l'écrasement en Iran

La thèse du missile de plus en plus évoquée dans l'écrasement de l’avion de ligne ukrainien

Liste préliminaire des Canadiens morts dans l’écrasement d’avion en Iran

« Nous sommes bouleversés d’apprendre le décès de l’un de nos employés », a dit Elaine Arsenault, conseillère aux relations avec les médias chez BRP. 

« Nous offrons nos plus sincères condoléances à la famille de Mohammad ainsi qu’à toutes les familles des victimes de cette terrible tragédie. Les pensées de la haute direction de BRP et des employés sont avec elles. »

Par respect pour la famille et ses employés, BRP ne commente pas davantage, ajoute Mme Arsenault. Elle ne pouvait dire depuis combien de temps M. Moeini travaillait pour le manufacturier ni depuis quand il habitait à Sherbrooke.

« Vraiment attristée »

De son côté, la restauratrice Maryam Hazini a appris, mercredi après-midi, que quatre membres de sa famille qui résidaient en Iran se trouvaient parmi les 176 victimes de l’écrasement d’un Boeing 737-800 du transporteur Ukraine International.

« Je suis vraiment attristée par cet écrasement. C’est encore plus difficile à vivre parce que je suis loin de ma famille. C’est ma cousine qui m’a appris la triste nouvelle », explique Mme Hazini.

Cette dernière, qui possède le café restaurant L de la rue Frontenac à Sherbrooke avec son mari Fardad Tadbiri, n’a pas vu les membres de sa famille depuis son arrivée au Canada en 2015.

« Nous suivons les événements par les médias sur Internet. Nous demeurons très inquiets par tout ce qui se passe », ajoute M. Tadbiri.

Soixante-trois Canadiens se trouvent parmi les victimes.

Vadym Prystaiko, ministre ukrainien des Affaires étrangères, a ajouté que le bilan compte aussi 82 Iraniens, 11 Ukrainiens, dix Suédois, quatre Afghans, trois Allemands et trois Britanniques. Personne n’a survécu à l’écrasement. Au moment de l’écrasement, peu après le décollage, les réservoirs de carburant étaient remplis pour un vol de 2300 kilomètres.

Au moins 10 étudiants de quatre universités ontariennes font partie des victimes — quatre de l’Université Western, à London, trois de l’Université d’Ottawa, deux de l’Université de Guelph et un de l’Université Carleton, à Ottawa. 

L’Université de l’Alberta indique par ailleurs que « plusieurs » de ses étudiants sont au nombre des victimes.