Le Sherbrookois Philippe Laflamme profite de la popularité du jeu vidéo League of Legends pour garnir son compte de banque après être devenu le joueur le plus utile à son équipe lors des dernières séries. —
Le Sherbrookois Philippe Laflamme profite de la popularité du jeu vidéo League of Legends pour garnir son compte de banque après être devenu le joueur le plus utile à son équipe lors des dernières séries. —

Un Sherbrookois bientôt le joueur le mieux payé du Esports?

La LNH mise sur Connor McDavid. Le basketball compte sur Lebron James. Et le Esports a maintenant Philippe Laflamme. Le Sherbrookois pourrait bientôt devenir le professionnel des jeux vidéo le mieux payé de la planète, même s’il refuse de l’admettre à la suite de sa victoire lors des séries de League of Legends. En ce temps de confinement, nombreux sont les jeunes Québécois à se retrouver devant leur écran en rêvant de suivre les traces du meilleur au monde.

Dans l’univers des jeux vidéo, on l’appelle Vulcan. Son nom a fait le tour de la planète il y a une semaine lorsque son équipe Cloud 9 a remporté la grande finale en plus d’obtenir le premier rang du championnat européen. La Tribune s’est entretenue avec le joueur le plus utile à son équipe en séries.

À LIRE AUSSI: Un Sherbrookois champion de League of Legends

« C’est très satisfaisant d’être nommé MVP : j’étais très confiant de mon jeu avant la finale, mais ça fait du bien d’être reconnu et d’avoir performé de cette façon. »

Le jeune joueur de 21 ans a tellement bien fait que le propriétaire de son équipe, Jack Etienne, a avoué que Vulcan constituait son plus bel investissement quelques mois après avoir dépensé 1,75 million de dollars pour acquérir ses services auprès de l’équipe Clutch Gaming.

« Entendre Jack dire que je suis son meilleur investissement me soulage beaucoup parce que je sais que mes services lui ont coûté extrêmement cher. Ça veut donc dire que les 1,75 million de dollars ont valu la peine d’être dépensés. »

Triompher en confinement

Gagner les séries de League of Legends en temps de pandémie équivaut à soulever la Coupe Stanley dans un amphithéâtre vide. Ou encore parader dans des rues désertes lors du défilé des gagnants du Super Bowl.

Des milliers de personnes se rassemblent normalement pour assister aux parties présentées également en direct sur Internet. Cette fois, ils ont dû se contenter de suivre les exploits de Vulcan sur leur écran.

« On veut gagner encore et on va attendre patiemment notre chance de jouer dans un stade rempli, une fois la pandémie passée », indique le nouveau citoyen de Los Angeles, qui refuse toutefois de parler de son prochain contrat.

Rappelons que les joueurs les mieux payés de l’industrie gagnent plus d’un million de dollars par année grâce à leur popularité... ce qui place Philippe Laflamme dans une excellente position.

Le Québec sur la carte

Grâce à son jeu impressionnant lors de la dernière année, Philippe Laflamme a permis au Québec de se faire un nom dans l’univers du jeu vidéo puisque le jeu de combats League of Legends constitue tout de même le jeu le plus populaire partout sur la planète.

« Pendant longtemps, la communauté élite de League of Legends se moquait des Québécois. Ça fait du bien de montrer qu’on a du talent et j’espère que les jeunes gamers en seront inspirés. »

Chose certaine, Vulcan contribue à l’essor du Esports au pays.

« Je crois que le Esports sera pris au sérieux peu importe mes résultats, mais j’imagine que le fait d’avoir du succès peut accélérer tout ça. »

Et le jour où League of Legends sera démodé et laissera sa place à un autre jeu vidéo encore plus populaire, que fera Philippe Laflamme?

« Si jamais League of Legends n’est plus assez populaire pour que les joueurs pros soient payés, je vais simplement tourner la page sur les jeux vidéo », admet-il.