Un présumé pédophile piégé par des élèves

Des étudiants d’une école secondaire de Saguenay ont eu l’idée, dans le cadre d’un projet scolaire, d’attirer dans leur piège un présumé pédophile. Ils ont réussi. Le Félicinois Jeannot Boivin, un homme de 68 ans, s’est fait prendre à contacter une personne de moins de 16 ans pour l’obtention de contacts sexuels.

L’individu a comparu mercredi après-midi au Palais de justice de Roberval, devant la juge Isabelle Boilat, de la Cour du Québec. Le sexagénaire, qui demeure sur la rue des Bouleaux, à Saint-Félicien, fait face à deux chefs d’accusation de leurre d’enfants. Il a été arrêté par les policiers de la Sûreté du Québec (SQ), mercredi matin, à son domicile.

Il est accusé d’avoir communiqué par un moyen de télécommunication avec le pseudonyme Juliette146 afin de faciliter la perpétration d’une infraction en matière sexuelle et de s’être entendu par un moyen de télécommunication pour perpétrer ces infractions.

Celles-ci auraient été commises, selon l’enquête des policiers du Service de police de Saguenay, en collaboration avec la SQ, entre le 24 et le 26 octobre 2018, à Saguenay et à Saint-Félicien.

L’homme, qui aura 69 ans le 25 janvier 2019, s’expose à une peine minimale d’une année s’il est reconnu coupable de l’un des deux chefs d’accusation.

Me Julie Villeneuve, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) du district judiciaire de Roberval, a remis une preuve assez importante à Me Denis Otis, en défense.

« Mon client a été remis en liberté sous diverses conditions. Nous avons convenu de revenir devant le tribunal le 24 janvier pour la suite des procédures. J’ai reçu la preuve au tribunal et je devrai prendre le temps de l’analyser avant de me fixer », a précisé Me Denis Otis, qui représente les intérêts de Jeannot Boivin. L’individu est sans antécédent judiciaire.

Les accusations auraient pu être portées autant à Saguenay qu’à Roberval, car le crime allégué a été commis dans les deux districts judiciaires. Les échanges informatiques entre les élèves et l’accusé se sont faits à Saguenay et à Saint-Félicien.

« Il a été décidé de déposer les plaintes à Roberval. C’est ici que le dossier devrait se poursuivre », a ajouté le criminaliste.

Projet scolaire

L’accusé s’est fait piéger par des élèves du secondaire.

Des jeunes de Saguenay ont décidé de se créer un faux compte et de tenter de piéger un pédophile via le Web dans le cadre d’un projet scolaire. Un homme a mordu. Une rencontre a même été planifiée.

« L’école n’était évidemment pas au courant de la teneur du projet des jeunes. Quand le professeur s’en est aperçu, l’école a immédiatement contacté les policiers », raconte Bernard Moreau, porte-parole du Service de police de Saguenay. Avec Anne-Marie Gravel