Avec Un homme sage-femme, la réalisatrice Martine Asselin a suivi le premier homme sage-femme du Québec, Louis Maltais, originaire de Saguenay, tout au long de sa formation.

Un homme sage-femme: un parcours d’exception à l’écran

Une expérience de covoiturage entre Montréal et Saguenay il y a plus de quatre ans a donné naissance à un film documentaire. La réalisatrice, Martine Asselin, et Louis Maltais, qui allait devenir le premier homme sage-femme du Québec, ont parcouru ensemble les kilomètres qui les menaient jusqu’au festival REGARD. De leur discussion est né Un homme sage-femme, film qui sera présenté en première saguenéenne, vendredi soir, au Cavô.

Louis Maltais est le premier étudiant au baccalauréat en pratique sage-femme du Québec. Celui qui est originaire de Chicoutimi a obtenu son diplôme de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) en 2018, année où le documentaire sur son parcours a aussi vu le jour.

Un homme sage-femme, un documentaire de 64 minutes réalisé par Martine Asselin, a nécessité quatre années de travail. La réalisatrice a suivi le jeune homme, ex-artiste de cirque, tout au long de son parcours de formation.

Lorsqu’ils se sont rencontrés de façon fortuite, elle allait présenter un film à REGARD. Lui allait y donner de son temps à titre de bénévole. Sur le chemin du retour, il lui a indiqué qu’il s’était inscrit au baccalauréat en pratique sage-femme. Une déclaration qui a suscité maintes questions.

« J’ai une bonne étoile. Cette rencontre est arrivée au bon moment. Juste avant qu’il soit accepté, ce qui m’a permis de le suivre tout au long de son parcours. Quelle belle opportunité », affirme la réalisatrice.

Louis Maltais a réfléchi avant d’accepter la proposition. « Même si j’avais envie de dire oui, je voulais y réfléchir. Il fallait aussi que l’université accepte », explique-t-il.

Louis Maltais a dû faire face aux préjugés, mais aussi apprendre à se faire confiance.

« Ce qui m’a motivé, c’est à quel point c’est une expérience importante pour les femmes et c’est important pour elles qu’elles puissent avoir le choix de différentes approches. »

Un homme sage-femme, de Martine Asselin, sera projeté à la salle de diffusion culturelle Le Cavô de Chicoutimi, vendredi, à 19h.

Martine Asselin a suivi Louis Maltais pendant quatre années, un peu partout au Québec.

« Il fallait qu’il soit très ouvert avec moi. On se parlait de façon transparente. Une belle relation professionnelle s’est établie, et des liens d’amitié se sont tissés, assure celle qui a dû mener sa barque sans support financier pendant longtemps. C’était complexe de trouver des partenaires. C’est rare qu’un projet se déroule sur une si longue période. J’ai obtenu du financement la dernière année. C’était un acte pas très raisonné, mais dont je suis très contente aujourd’hui. »

L’homme sage-femme est lui aussi heureux du résultat.

« La première fois que j’ai vu le film, j’étais chargé d’émotions. C’est un très beau cadeau d’avoir un album en images de son parcours. En le regardant, je réalise toutes les choses qui se sont passées. Le film permet de faire parler de la pratique sage-femme. Ça apporte un regard positif sur la pratique. Il démontre aussi qu’au final, le sexe n’a pas d’importance », souligne celui qui a assisté aujourd’hui quelque 125 accouchements.

« Le film permet de dresser un portrait de la pratique, qui est très méconnue. C’est complexe, exigeant comme formation. On lève le voile sur tout ça aussi. C’est aussi un film sur l’importance du genre. C’est beau de voir Louis grandir, mûrir à l’écran », ajoute Martine Asselin.

Tous deux assurent que les sages-femmes apprécient le film. Ils espèrent maintenant que le public de Saguenay viendra le découvrir.

Retour dans la région

Après l’obtention de son baccalauréat, Louis Maltais a pratiqué quatre mois à Rimouski. Depuis octobre 2018, il est de retour dans sa région natale, un souhait qu’il caressait depuis longtemps. Aucune autre sage-femme formée originaire de la région n’y a pratiqué avant lui.

« Je voulais être près de ma famille. Il y a aussi des besoins ici. J’ai été en dehors de la région pendant 15 ans et je m’étais toujours dit que quelque chose allait me ramener ici. »

Après l’obtention de son baccalauréat, Louis Maltais a pratiqué quatre mois à Rimouski. Depuis octobre 2018, il est de retour dans sa région natale.

Un homme sage-femme a été présenté un peu partout au Québec. Il sera projeté au Cavô de la rue Racine, à Chicoutimi, vendredi, à 19 h, en présence de Louis Maltais et de Martine Asselin, grâce à une collaboration avec SPIRA et le CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Le coût d’entrée est de 7 $.

Le duo se rendra ensuite jusqu’en Gaspésie. Il bouclera ainsi la boucle, mettant fin à l’aventure de la même façon qu’elle a commencée. En discutant pendant des heures en avalant des kilomètres d’asphalte.