Un français minimal, condition pour rester au Québec, selon un sondage

Munies d’un sondage qui indique que les trois-quarts des Québécois estiment qu’une connaissance minimale du français devrait être une condition obligatoire pour demeurer au Québec, deux organisations demandent aux partis politiques de prendre des engagements en faveur de la francisation.

Le Mouvement national des Québécois et la Fondation Lionel-Groulx ont dévoilé lundi, au cours d’une conférence de presse à Montréal, les résultats d’un sondage de la firme Léger, qui démontre que 73 pour cent des Québécois estiment que «la connaissance minimale du français devrait être une condition obligatoire pour demeurer au Québec».

La proportion grimpe même à 79 pour cent chez les francophones. Et cet énoncé reçoit même l’aval de 52 pour cent des non-francophones.

Et 84 pour cent ont dit croire que les cours de français pour les nouveaux arrivants devraient être obligatoires - et même 91 pour cent chez les francophones.

«Ce sont des chiffres qui sont impressionnants, alors que dans une société plurielle comme la nôtre, on aurait pu croire qu’il y aurait eu une plus grande diversité d’opinions sur ce sujet. Or, le message lancé par la population est extrêmement fort sur ce point», a opiné Étienne-Alexis Boucher, président du Mouvement national des Québécois.

De même, 76 pour cent des personnes qui ont répondu au sondage ont dit croire que la francisation des immigrants était un «enjeu vital pour l’avenir du Québec». La proportion grimpe même à 85 pour cent chez les francophones.

«Le discours dominant qu’on entend très, très régulièrement, c’est de dire: la question de la langue française, ça n’intéresse plus vraiment les Québécois, c’est une question passéiste, ringarde. Et ce que le sondage nous dit, c’est exactement l’inverse, et avec des taux de réponse qui frisent parfois l’unanimité», a fait remarquer Pierre Graveline, directeur général de la Fondation Lionel-Groulx.

Alors que les élections québécoises auront lieu le 1er octobre, le MNQ et la Fondation Lionel-Groulx demandent aux principaux partis politiques de prendre dès maintenant des engagements fermes en matière de francisation, au-delà des simples déclarations publiques. Et les deux veulent des engagements inscrits dans les plateformes électorales.

Et ils entendent bien en faire le suivi au cours des prochains mois.

Le sondage de la firme Léger a été réalisé auprès de 1021 Québécois adultes pouvant s’exprimer en français ou en anglais. Il a été réalisé du 23 au 26 mars dernier. Il comporte une marge d’erreur de 3,1 points de pourcentage, 19 fois sur 20.