Un cochon vietnamien a été aperçu dans le secteur du Lac-des-Fées.

Un cochon vietnamien dans le secteur des Lutins et de la Licorne [VIDÉO]

Ce n’est pas une chimère. Un cochon vietnamien a bel et bien rôdé dans les environs de la promenade du Lac-des-Fées, dans le secteur Hull, dimanche matin.

L’animal domestique en cavale a été aperçu au petit matin, dans les environs des rues de la Chimère, des Lutins, de l’impasse de la Licorne, près de la promenade du Lac-des-Fées, et du parc de la Gatineau.

Une lectrice nous a d’ailleurs fait parvenir quelques clichés du petit porcin qui fouillait dans le gazon du voisinage.

L’animal ventru n’a pas été revu depuis dimanche.

Le ministère de la Faune, des Forêts, de la Faune et des Parcs n’a pas commenté le dossier, indiquant qu’il s’agissait d’une affaire propre au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). C’est que l’animal est domestique et non sauvage.

« Cela semble être un cochon vietnamien, a indiqué par courriel un porte-parole du MAPAQ, Yohan Dallaire-Boily. La dangerosité de son contact avec les humains dépend de son comportement, de ses expériences antérieures et de l’approche utilisée par les personnes. En cas de doute, une approche prudente est recommandée. »

Le cochon vietnamien peut se nourrir dans les potagers. Il s’agit d’un omnivore plutôt opportuniste.

Le MAPAQ précise qu’il faut contacter la police si une telle bête est aperçue sur la route.

« Si le cochon est une nuisance, explique M. Dallaire-Boily, cela relève de la municipalité où il se trouve. »

La Loi sur le bien-être et la sécurité de l’animal permet au MAPAQ d’agir lorsqu’un animal est sous la garde d’une personne.

« Lorsqu’il s’agit d’un animal errant, sans propriétaire connu, il est de la responsabilité de la municipalité de s’en occuper en vertu de la Loi sur les compétences municipales. De façon générale, nous recommandons à tout citoyen témoin d’un cochon vietnamien errant de le signaler à sa municipalité, car il s’agit d’une espèce non adaptée au climat québécois qui ne survivra probablement pas dans la nature. »

Mercredi, ni la police de Gatineau ni la SPCA de l’Outaouais n’avaient eu vent de cette affaire. L’animal serait donc toujours au large.

Souvenirs

Cette visite porcine rappelle la cavale d’un autre cochon vietnamien dans la région, il y a six ans.

En juin 2013, la police de la MRC des Collines s’était lancée aux trousses d’un animal semblable, dans les environs de Val-des-Monts.

L’affaire avait fait la manchette pendant deux semaines, jusqu’à ce qu’il soit rattrapé.

À l’époque, le porte-parole de la police de la MRC des Collines-de-l’Outaouais, Martin Fournel, avait expliqué qu’il était difficile de pourchasser la bête puisqu’il était impossible d’utiliser des armes ou des tranquillisants.

Malgré les apparences, le cochon vietnamien est rapide. Il peut aisément se faufiler entre les humains qui le pourchassent.

Le cochon, finalement capturé par des agents de la SPCA de l’Outaouais au même printemps 2013, a connu une fin heureuse.

Il a été retourné à ses propriétaires après une cavale d’un an et demi.