L'Estrienne Catherine Vanier a été durant son secondaire à l’école Marjory Stoneman Douglas, en Floride, où il y a eu une tuerie.

Tuerie en Floride: Une Estrienne se souvient d'une école sécuritaire

Catherine Vanier, une Estrienne qui a étudié au Marjory Stoneman Douglas, connaissait certaines victimes qui ont péri dans la fusillade commise en Floride dans les derniers jours. En effet, les membres du personnel étaient dans l’entourage de cette dernière lorsqu’elle était au secondaire, il y a 11 ans.

« C’était une école très sécuritaire, explique celle qui a vécu 17 ans en Floride. C’est un choc de savoir que quelqu’un a fait ça. Une heure après l’événement, 10 000 élèves gradués étaient sur Facebook pour donner des idées pour aider la communauté et soutenir les actions qui sont prises. »

Lire aussi: À Miami, les amateurs d’armes défendent leurs droits malgré la fusillade

Les jeunes au cœur du débat sur les armes à feu, dit un expert

Des adolescents manifestent contre les armes à feu devant la Maison-Blanche

Dans les quatre ans où elle a étudié à cette école, Mme Vanier n’a jamais eu de craintes. « Je n’ai jamais eu peur pour ma sécurité. Il y avait des gardes, mais ils n’avaient pas de fusils. Il y a des gens qui veulent armer le personnel, mais je ne pense pas que ce soit une bonne idée. Ça peut faire peur à des élèves. C’est déprimant d’avoir à être éduqué où il y a des gardes avec des fusils », pense-t-elle.

L’école où la tuerie a eu lieu est énorme. « Je me souviens de coach Feiss (l’une des victimes) qui était dans son petit cart de golf et qui se promenait autour de l’école. On était presque 4000 élèves quand j’étais là », se rappelle-t-elle.



«  La Floride, c’est un état qui est gun friendly, »
Catherine Vanier

L’accès aux armes est facile en Floride. « La Floride, c’est un état qui est gun friendly, indique Mme Vanier. C’est facile d’aller se chercher un fusil. Par contre, je ne savais pas qui avait des armes. »

À l’époque, les fusils n’étaient pas la principale crainte dans les écoles. « Dans le temps, ce qui était inquiétant, c’étaient les bombes. J’étais là durant les événements du 11 septembre. On n’avait pas des pratiques pour les fusillades, mais on avait des pratiques au cas où une bombe exploserait », décrit-elle.

Aujourd’hui, Catherine Vanier enseigne dans une école de l’Estrie. « Je suis enseignante à Richmond. Je vais parler avec mes jeunes. Les adolescents qui ont été tués avaient le même âge que les miens. J’aimerais faire une vidéo avec eux pour démontrer qu’ils ont du soutien partout », résume-t-elle.

Le fusillade à l'école Marjory Stoneman Douglas, en Floride, a fait 17 victimes.