Le chef de la direction, Tim Cook, a notamment présenté le iPhone XS, dont l'écran est plus grand que celui de l'iPhone X, le modèle de l'an dernier dont le design était le plus modifié. Ce nouveau modèle sera aussi offert dans une version plus grande, le iPhone XS Max, dont la taille est semblable à celle du iPhone 8 Plus, avec un écran beaucoup plus grand.

Trois nouveaux iPhone plus coûteux et plus gros

CUPERTINO — Apple a dévoilé mercredi trois nouveaux iPhone, dont son modèle le plus grand et le plus cher, alors que la société cherche à élargir l'attrait de ses produits dans un contexte de ralentissement des ventes.

Le chef de la direction, Tim Cook, a notamment présenté le iPhone XS, dont l'écran est plus grand que celui de l'iPhone X, le modèle de l'an dernier dont le design était le plus modifié. Ce nouveau modèle sera aussi offert dans une version plus grande, le iPhone XS Max, dont la taille est semblable à celle du iPhone 8 Plus, avec un écran beaucoup plus grand.

Comme avec le iPhone X, l'écran du nouveau téléphone n'a pas de bordure, un effort pour maximiser l'affichage sans rendre le téléphone trop difficile à tenir. Il n'a pas besoin non plus de rétroéclairage, alors le noir y apparaît vraiment noir, plutôt que simplement sombre.

Avec cet iPhone encore plus grand, Apple tente de nourrir l'appétit des consommateurs pour des écrans de plus en plus grands, puisqu'ils utilisent les téléphones intelligents pour regarder et enregistrer des vidéos, ainsi que pour prendre des photos où qu'ils soient.

Avec le iPhone X, Apple s'était également débarrassé l'an dernier du bouton d'accueil pour laisser plus de place à l'écran et avait introduit une technologie de reconnaissance faciale pour déverrouiller l'appareil.

En fabriquant des téléphones plus dispendieux, Apple a été en mesure d'augmenter ses profits, malgré la baisse de la demande attribuable au fait que les gens mettent à niveau leur appareil moins fréquemment. Les prix des iPhone ont été en moyenne de 724 $ US entre avril et juin, ce qui représentait une augmentation de près de 20 % par rapport à l'année précédente.

Apple a également présenté un iPhone moins cher, le iPhone XR. Il est fabriqué en aluminium et sa taille physique est moindre que celle du iPhone 8 Plus, même si son écran est plus grand.

Selon la firme de recherche Gartner, les ventes de téléphones intelligents dans le monde n'ont progressé que de 2 % au cours du deuxième trimestre, ce qui est généralement lent pour Apple. La chinoise Huawei Technologies a surpassé Apple en tant que deuxième plus grand vendeur mondial de téléphones intelligents, selon les calculs de Gartner. Samsung est resté en tête.

Apple a également annoncé des mises à jour qui poussent davantage sa montre intelligente, la Apple Watch, sur le territoire des appareils médicaux. Celle-ci dispose d'un écran plus grand et d'un capteur cardiaque intégré qui, selon la société, peut détecter des fréquences cardiaques irrégulières et effectuer un électrocardiogramme. Cette dernière fonctionnalité a été approuvée par la Food and Drug Administration américaine, a indiqué Apple.

Ces fonctionnalités seront mises à la disposition des clients américains plus tard cette année, mais Apple n'a pas précisé à quel moment elle le livrerait au reste du monde.

En outre, Apple indique que la nouvelle montre, appelée Apple Watch Series 4, sera également en mesure de détecter la chute de son utilisateur - et saura faire la différence entre quelqu'un qui trébuche et quelqu'un qui chute. S'il détecte une chute et que l'utilisateur n'y réagit pas en une minute, la montre appellera automatiquement de l'aide. Cette caractéristique peut être particulièrement intéressante pour les personnes âgées ou les personnes dont les parents âgés craignent de tomber alors que personne n'est là pour les aider.

+

APPLE LE JURE: ELLE VEUT VOUS AIDER À ÊTRE MOINS ACCRO 

L’image est devenue le symbole du monde moderne : des gens les yeux collés à l’écran de leur téléphone intelligent à toute heure et en tout endroit. Mais désormais, Apple l’assure : elle veut vous aider à combattre cette véritable dépendance grâce de nouvelles fonctionnalités nichées... dans l’iPhone.

Le nouveau système d’exploitation pour mobiles iOS 12 équipera d’origine les nouveaux iPhone dévoilés mercredi par la marque à la pomme. Il sera disponible le 17 septembre sous forme de mise à jour sur les appareils plus anciens et comprend des applications qui doivent permettre aux usagers de renouer avec la vraie vie au-delà de l’écran.

L’idée est de mettre à la disposition de chacun, notamment des parents, «des informations détaillées et de nouveaux outils» pour mieux maîtriser le temps d’utilisation des gadgets d’Apple, avait expliqué en juin Craig Federighi, le vice-président d’Apple chargé des logiciels, en présentant iOS 12.

Apple avait emboîté le pas à Google, qui avait annoncé des fonctions similaires un mois plus tôt.

Un nouvel outil appelé «Screen Time» («temps d’écran») va envoyer des notifications permettant de savoir combien de fois on a pris en main son iPhone ou son iPad, combien de temps on a passé sur les applications ou des sites internet ou encore de compter le nombre de notifications que l’on a reçues.

Les usagers pourront limiter le temps passé sur des applications et les parents pourront «espionner» les activités en ligne des enfants ainsi qu’imposer des durées limitées d’utilisation pour les jeux, les infos ou encore les interactions sur les réseaux sociaux.

Le nouveau système permet aussi de se donner un «temps de repos» pendant lequel le gadget ne pourra pas être utilisé, par exemple les heures auxquelles un enfant est censé dormir ou le temps d’une séance de méditation.

Paradoxe, iOS 12 et les nouveaux iPhone sont aussi bardés de nouvelles fonctionnalités (photo, vidéo, réalité augmentée, emojis animés, appels vidéo avec plusieurs interlocuteurs...) plutôt susceptibles de faire passer pas mal de temps devant son écran...

Des investisseurs —y compris un fonds d’investissement pour la retraite des enseignants californiens— avaient demandé à Apple de se pencher sur la question de la dépendance et de donner aux parents plus d’outils pour qu’ils puissent mieux protéger les enfants des dangers que peuvent présenter les téléphones d’aujourd’hui.

Contrairement à d’autres grands noms de la technologie, comme Facebook ou Google qui gagnent plus d’argent quand leurs usagers s’en servent plus, Apple tire, pour l’instant, l’essentiel de ses profits de la vente des appareils et pas du temps que l’on passe à les utiliser.

La lettre des investisseurs à la direction d’Apple soulignait qu’un nombre grandissant d’indices montraient qu’un usage excessif des téléphones portables pouvait avoir des conséquences négatives : inattention, difficultés à socialiser ou encore problèmes émotionnels.  AFP