Dave Martel et Éric Lmieux

Trois hommes accusés d’entrée par effraction chez des personnes âgées

Éric Lemieux, Pascal Grandisson et Dave Martel ont été accusés, vendredi après-midi, au Palais de justice de Chicoutimi, d’entrée par effraction avec intention d’y commettre un acte criminel. Jeudi soir, ils se seraient introduits dans un appartement où résident des personnes âgées qu’ils ne connaissent pas avant d’être arrêtés par les agents du Service de police de Saguenay.

Les circonstances entourant l’événement qui s’est produit sur la rue Saint-Paul sont toujours nébuleuses. Me Denis Otis a affirmé au Progrès qu’il n’avait que peu d’informations pour l’instant sur les événements. « On parle d’une entrée par effraction présumée, dans une maison d’habitation. On a reçu la communication de preuve, ça semble évidemment sérieux comme accusation », a-t-il expliqué.

L’avocat de la défense n’avait pas d’information sur la présence d’armes et sur ce qui aurait motivé les hommes à entrer dans l’appartement. Jusqu’à maintenant, il n’y aurait rien qui indique que les hommes auraient proféré des menaces ou commis des voies de fait.

Me Denis Otis représente les intérêts d’Éric Lemieux, tandis que les autres accusés sont représentés par Me Charles Cantin, qui prenait la parole au nom de son collègue Me Julien Boulianne. Ils ont comparu devant la juge Isabelle Boillat, de la Cour du Québec.

Pascal Grandisson

Me Cantin a noté, en entretien avec Le Progrès, que de nouvelles preuves allaient être ajoutées et qu’il pourrait donc y avoir de nouvelles accusations.

Les trois coaccusés demeurent détenus jusqu’à la semaine prochaine, pour la suite des procédures. Ils ont l’interdiction de se parler, même s’ils sont détenus au même centre de détention, sauf s’ils sont en présence de leur avocat. Ils ne peuvent pas non plus tenter de communiquer avec les personnes qui résident à l’appartement où ils seraient entrés.

Une femme est aussi impliquée dans cette affaire. Elle a été libérée sous promesse de comparaître.