Un protestatire est installé sur le toit d'une roulotte, devant l'entrée de Kinder Morgan à Burnaby, en Colombie Britannique.

Trans Mountain: Trudeau minimise le conflit entre les provinces de l'Ouest

REGINA — Le premier ministre Justin Trudeau rappelle que le conflit entre l'Alberta et la Colombie-Britannique sur l'élargissement de l'oléoduc Trans Mountain n'est pas le premier désaccord à survenir entre des provinces sur un projet.

M. Trudeau a affirmé vendredi qu'il est arrivé plusieurs fois dans l'histoire que des provinces aient des «opinions différentes» sur une proposition.

Selon lui, il est important dans ces situations que le gouvernement fédéral s'interpose pour s'assurer que l'intérêt national prime.

La première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, envisage de diminuer les livraisons de pétrole, sans préciser si cette menace est dirigée vers la Colombie-Britannique ou le reste du pays.

Le conflit a éclaté plus tôt cette année, lorsque la Colombie-Britannique a annoncé son intention d'imposer des restrictions sur l'intensification du transport maritime de pétrole le long de ses côtes, le temps d'évaluer les risques associés aux déversements.

La première ministre Notley a demandé au fédéral d'intervenir plus fermement en faveur du projet. M. Trudeau a répété vendredi que l'oléoduc serait construit comme prévu.

«J'ai été très clair sur ce projet en disant qu'il était dans l'intérêt national et qu'il serait construit», a-t-il déclaré à Regina.

«Le rôle du gouvernement fédéral est d'être aux aguets et de s'assurer que l'intérêt national soit toujours protégé et promu. C'est ce que je continuerai de faire», a-t-il ajouté.

Mme Notley a déclaré jeudi que l'Alberta se concentrait en ce moment à mettre les projecteurs sur ce qui est en jeu. Elle a rappelé que l'oléoduc était crucial pour l'économie de la province et du reste du Canada.

Le gouvernement Trudeau avait approuvé le projet de Kinder Morgan en 2016, mais l'oléoduc a fait face malgré tout à plusieurs critiques de la part des citoyens et du gouvernement britanno-colombien.

Le projet évalué à 7,9 milliards $ triplerait la quantité de pétrole qui est transporté d'Edmonton, en Alberta, jusqu'au port de Burnaby, en Colombie-Britannique.