«Je suis relativement optimiste parce qu’on a eu beaucoup de discussions», a lancé avant la rencontre le ministre Christian Dubé.

Tramway: vent d’optimisme chez les ministres

L’optimisme régnait vendredi au terme d’une rencontre fédérale-provinciale sur le financement du réseau structurant de transport en commun de la Ville de Québec. Et l’une des options retenues pourrait faire fondre l’enveloppe fédérale réservée à Montréal pour ses projets de transport collectif.

Le ministre de l’Infrastructure du Canada, François-Philippe Champagne, a rencontré le ministre du Conseil du Trésor, Christian Dubé, pour y discuter principalement du financement du tramway. 

Depuis plusieurs semaines, ce dossier est objet de discorde. Le gouvernement Legault a confirmé sa participation de 1,8 milliard $ au projet. Cependant, il souhaite obtenir d’Ottawa plus de flexibilité pour aller chercher où il le souhaite les 1,2 milliard $ à partir des fonds fédéraux disponibles.

Le principal problème, selon la CAQ, est la formule de financement du transport en commun en vertu de l’entente fédérale-provinciale en vigueur. Elle favorise les grandes villes qui peuvent déjà compter sur des systèmes de transport en commun, comme Montréal, puisque l’argent est distribué selon l’achalandage des transports en commun.

Selon cette entente, la métropole accapare ainsi la majeure partie des 5,2 milliards $ du fédéral, laissant 412 millions $ à Québec et des miettes aux autres villes. Le gouvernement Legault a demandé de changer la formule, ce qu’a toujours refusé Ottawa, alléguant que les sommes sont disponibles à partir d’autres fonds fédéraux. Mais voilà, le gouvernement Legault maintient que ces montants sont déjà engagés dans divers autres projets.

Pour une première fois, vendredi, le ministre Champagne, entrebâille la porte à une modification de la formule initiale de financement. «On regarde toutes les solutions possibles», a-t-il laissé tomber à la sortie de la rencontre, répétant que l’argent fédéral était au rendez-vous.

«Si on en vient là, on aura trouvé l’endroit où on veut atterrir, a déclaré le ministre Dubé quelques minutes plus tard. Il y a des aménagements à faire dans les différents programmes», a-t-il ajouté, confiant de trouver un terrain d’entente.

Les deux hommes considèrent avoir eu une très bonne rencontre de plus d’une heure et demie. «On s’entend sur une chose. C’est un projet qui doit arriver. Je suis assez optimiste qu’on va arriver à une conclusion», a précisé M. Dubé.

Cependant, ni lui ni son homologue n’ont voulu préciser l’ensemble des aménagements qui permettraient le financement du tramway à hauteur de 3 milliards $.