Imelda Staunton campera le rôle de la reine d’Angleterre durant cette cinquième saison.
Imelda Staunton campera le rôle de la reine d’Angleterre durant cette cinquième saison.

«The Crown» s’arrêtera après sa cinquième saison

NEW YORK — La série à succès de Netflix «The Crown», consacrée à la vie de la reine Élisabeth II, s’achèvera à l’issue de sa cinquième saison, a annoncé vendredi la plateforme vidéo, soit une saison plus tôt que prévu.

Après Claire Foy lors des deux premières saisons, puis Olivia Colman lors des deux suivantes, c’est une autre actrice britannique, Imelda Staunton, qui campera la reine d’Angleterre durant cette cinquième saison.

Habituée des seconds rôles étoffés, notamment dans la saga Harry Potter ou Pride, la comédienne de 64 ans a été nommée dans la catégorie meilleure actrice aux Oscars pour son premier rôle dans Vera Drake (2004).

« Je suis sincèrement honorée de rejoindre une équipe à la créativité exceptionnelle et d’amener The Crown à sa conclusion », a réagi Imelda Staunton dans une déclaration publiée sur le compte Twitter de Netflix.

Les deux premières interprètes de la reine Elizabeth dans la série ont chacune gagné un Golden Globe, les récompenses de l’Association de la presse étrangère à Hollywood, en 2017 pour Claire Foy et 2020 pour Olivia Colman.

Le créateur de la série, Peter Morgan, avait initialement indiqué qu’il prévoyait d’étaler le récit sur six saisons, et non cinq, avec le projet de démarrer avec l’ascension d’Elizabeth vers le trône et d’en terminer à l’époque actuelle.

Selon le site spécialisé The Hollywood Reporter, la quatrième saison, qui doit être mise en ligne plus tard cette année, démarre durant les années 1980, avec l’entrée en scène de la princesse Diana (jouée par Emma Corrin), ainsi que de la première ministre Margaret Thatcher.

Succès critique et populaire, The Crown a déjà remporté trois Golden Globes et huit Emmy Awards, les récompenses de la télévision américaine. Soixante-treize millions de foyers ont regardé au moins une partie de la saga, indiquait en janvier Ted Sarandos, directeur du contenu chez Netflix.