Environnement Canada a indiqué que la tempête remontait lentement mardi la côte Est vers la Nouvelle-Écosse et les autres provinces maritimes. Sur la photo : la tempête frappe Portland, dans le Maine.

Tempête hivernale : vols annulés dans les Maritimes

HALIFAX — Des vols ont été annulés dans les aéroports des Maritimes, mardi, en prévision de la tempête hivernale qui se dirigeait vers la région, avec chutes de neige abondantes et bourrasques.

Environnement Canada prévoit qu'une intense dépression approchera les Maritimes depuis le sud-ouest mardi. Le centre de la dépression devrait traverser la Nouvelle-Écosse mercredi matin, puis s'attarder sur le golfe du Saint-Laurent. La neige associée à ce système commencera à tomber mardi soir et persistera jusqu'à mercredi.

Au Nouveau-Brunswick, on prévoit une accumulation totale de neige de 15 à 30 centimètres d'ici la fin de la nuit de jeudi dans les secteurs à l'ouest, de 30 à 50 cm sur les régions de l'est, mais plus de 50 cm sur les secteurs près de la côte du golfe du Saint-Laurent.

Dans certains secteurs de la Nouvelle-Écosse, Environnement Canada prévoit par ailleurs de grosses vagues et un débordement côtier pendant la marée haute, et des rafales pouvant atteindre 110 km/h. Le risque de déferlement de vagues et de débordement côtier prévaudra aussi pour le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie pendant la marée haute mercredi.

Environnement Canada a indiqué que la tempête se trouvait mardi midi au sud-est de Cape Cod, et qu'elle remontait lentement la côte Est vers la Nouvelle-Écosse et les autres provinces maritimes.

Des vols étaient déjà annulés mardi aux aéroports de Halifax et de Fredericton. La circulation sur le pont de la Confédération, qui relie le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard, pouvait aussi faire l'objet de certaines restrictions mardi, au besoin.

La société publique d'électricité «Nova Scotia Power» a mis en place une cellule de crise lundi soir et prévenu les consommateurs de se préparer à subir des pannes de courant, à cause des forts vents. La tempête frappera pendant la nuit, alors que les effectifs sont plus réduits, et les monteurs de lignes ne peuvent s'aventurer dans les poteaux si les vents sont trop violents, explique la société publique.

Cette tempête hivernale est la troisième à frapper les Maritimes en autant de jours.