Des policiers de la SQ et des agents de la protection de la Faune ont été déployés dans les environs de Saint-Apollinaire, vendredi.
Des policiers de la SQ et des agents de la protection de la Faune ont été déployés dans les environs de Saint-Apollinaire, vendredi.

Sur les traces de Martin Carpentier: les recherches se poursuivent et s'intensifient

La traque pour retrouver Martin Carpentier s'est poursuivie toute la journée vendredi. La Sûreté du Québec demeure toutefois muette concernant les développements de l'enquête.

Les agents de la Sûreté du Québec étaient toujours sur le terrain vendredi, à Saint-Apollinaire. On remarquait d'ailleurs une plus grande présence policière. Les effectifs ont été multipliés entre autres pour effectuer les vérifications de tous les chalets et dépendances du secteur, jusqu'à Saint-Agapit.

«L’objectif de ce déploiement est de chercher de nouveaux indices et sécuriser les propriétés. Pour faciliter ces démarches, nous invitons les propriétaires de chalets et dépendances de ce secteur à nous téléphoner [...] nous invitons les propriétaires de chalets qui pourraient être à l’extérieur à communiquer rapidement au 911», a indiqué la Sûreté du Québec sur ses réseaux sociaux.

Les activités policières semblaient pourtant se calmer dans les derniers jours. La SQ commençait fortement à envisager que Martin Carpentier était mort. Cependant, les divers éléments qui se sont ajoutés à l'enquête jeudi ont changé les choses, la SQ s'accroche à la possibilité que le suspect soit vivant.

Carpentier aurait dérobé des objets assurant sa survie dans une roulotte. Il pourrait donc recommencer ce scénario, les citoyens des environs doivent rester prudents. 

Des agents de la protection de la Faune se sont aussi déplacés vendredi pour prêter main-forte aux différentes équipes déjà sur place depuis plus d’une semaine. Leur expérience dans la recherche en forêt sera très utiles aux agents de la SQ.

Vendredi, différents véhicules tout-terrain, maîtres-chiens et patrouilleurs étaient toujours déployés. Des hélicoptères s’affairent aussi à vérifier le secteur vu des airs. Le groupe tactique d’intervention est aussi présent sur les lieux.

À LIRE AUSSI : Martin Carpentier a transité par une roulotte dans Lotbinière, selon la SQ

Les agents vérifient une grande quantité de signalements tous les jours. Plusieurs personnes croient apercevoir Martin Carpentier dans les champs ou les bois. Chaque fois, le signalement se révèle être une impasse.

Étant donné les derniers développements de l’enquête, la Sûreté du Québec a grandement diminué le nombre de communications avec les médias. Les porte-paroles de la SQ s’adressent aux journalistes seulement lorsque des éléments nouveaux peuvent être rendus publics, l’objectif est de ne pas nuire à l’enquête.

Par conséquent, peu d’informations, voire aucune, n'ont été transmises vendredi. Sur place, on a pu remarquer que les recherches se concentraient toujours sur le rang Saint-Lazare, puis dans d'autres secteurs vers Saint-Agapit, tels que le rang Saint-Marie.

La température pourrait une fois de plus donner du fil à retordre aux différentes équipes, les policiers doivent composer avec une pluie diluvienne. Ce n'est pas nouveau, les agents ont eu droit à une panoplie de conditions depuis huit jours, telles que des journées de canicule ou des averses.

«Oui, ça rend le travail plus difficile, mais nos agents sont formés pour faire le travail dans n’importe quelles conditions», rappelle et insiste la sergente Ann Mathieu depuis le début des recherches.

Vendredi, les patrouilleurs revenaient trempés au centre de commandement. 

En cavale

Martin Carpentier serait donc en fuite depuis l’embardée nébuleuse du 8 juillet. Son véhicule accidenté a été retrouvé sur le bord de l’autoroute 20. Il est le principal suspect concernant les possibles meurtres de Norah et Romy.

L’hypothèse privilégiée par la SQ est que Carpentier et ses deux filles étaient à l’intérieur de la voiture au moment de l’embardée.

Romy et Norah, âgées de seulement 6 et 11 ans, ont été retrouvées sans vie samedi dernier, trois jours après l’embardée. Leur autopsie est complétée, mais la SQ ne dévoilera pas d’informations pour l’instant, plusieurs détails de l’enquête seront utiles pour un éventuel interrogatoire, si les agents capturent Martin Carpentier vivant. Ce dernier est le principal suspect dans la mort des fillettes.

+

Funérailles intimes

Mesures sanitaires obligent… Les funérailles de Romy et Norah se tiendront dans l’intimité lundi. La famille pourra accueillir 50 personnes pour la cérémonie, qui sera célébrée par la directrice générale et fondatrice de Deuil-Jeunesse, Josée Masson, dès 16h.

La chanteuse et porte-parole de l’organisme, Mélissa Bédard, chantera lors de la cérémonie, en la mémoire des jeunes sœurs. 

Plusieurs circonstances ont fait que Josée Masson s’est retrouvée à la barre de cette cérémonie. Parmi les raisons, elle saura surement trouver les mots justes pour apaiser la douleur que ressent la famille, mais aussi tout le Québec.

«M’adresser à des gens en deuil, c’est ce que je fais depuis une très bonne partie de ma vie. Ce n’est pas trop loin de mon travail, des rencontres ou des conférences. C’est un grand défi, je vais y travailler jusqu’à la dernière minute», confie-t-elle.

Célébrer des funérailles ne fait pas habituellement pas partie de son travail, mais ce ne sera pas la première fois qu’elle le fera.

«Je vais m’adresser à ceux qui sont souffrants parce qu’ils connaissaient les petites, mais je vais aussi m’adresser à ceux en réaction de ces décès-là qui peuvent nous marquer. Je pense trouver les bons mots.»

Un écran sera installé à l’extérieur, à l’arrière du Complexe Claude Marcoux à Lévis, afin que le maximum de gens puisse assister à cette cérémonie, qui risque d'être haute en émotions.

La journée de lundi débutera avec une exposition réservée à la famille, de 9h à 11h. Puis entre 12h et 15h, le public pourra offrir ses condoléances. Seulement 70 personnes pourront se présenter au complexe funéraire à la fois. Les mesures sanitaires doivent être respectées, telles que la distance de deux mètres et le port du masque. 

LIRE AUSSI : Deuil-Jeunesse encourage une discussion franche avec les enfants

Norah et Romy Carpentier