Steeve Colenbier, Marie-Eve Briand et leurs enfants Étienne et Lilia se sont établis à Gaspé en août dernier.

Solde démographique positif en Gaspésie

GASPÉ — La Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine a gagné 122 habitants entre 2016 et 2017, un gain de 0,13 % et le meilleur solde migratoire des régions dites éloignées, selon le dernier bilan de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ). L’arrivée de personnes d’âge actif, en particulier des 25-44 ans, explique ce résultat.

«C’est une merveilleuse nouvelle. Déjà, on a attiré 304 personnes de plus que l’an dernier», commente Danik O’Connor, coordonnateur de la Stratégie d’établissement durable en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine. Il faut remonter en 2011 pour observer le dernier solde positif dans la région, et en 2010 pour voir un meilleur bilan, avec une migration nette de 146 personnes.

Marie-Eve Briand et Steeve Colenbier ont déménagé à Gaspé avec leurs deux enfants en août dernier. «Je travaille pour Parcs Canada, j’ai saisi l’opportunité d’un poste qui ouvrait en Gaspésie. On était à Chambly, sur la rive sud de Montréal et on a tenté l’aventure. On avait déjà un attachement pour la région. On est des amateurs de plein air et on était venus à plusieurs reprises. Les paysages, la mer, nous attiraient. L’adaptation se fait bien et on est très, très heureux», rapporte Mme Briand.

D’autres ont fait comme les Briand-Colenbier, puisque la Côte-de-Gaspé chevauche en tête des MRC gaspésiennes, avec un gain de 92 habitants. L’expansion de l’usine de pales d’éoliennes LM Wind Power, qui a embauché 300 personnes en un an et demi à Gaspé, est clairement en cause, estime M. O’Connor. «Avec sa stratégie de recrutement national, elle a commencé à briser le mythe sur le manque d’emplois dans la région.»

Les MRC Îles-de-la-Madeleine et Rocher-Percé enregistrent aussi plus d’entrants que de sortants. Dans Rocher-Percé, les embauches à la cimenterie de Port-Daniel ont pesé, suppose M. O’Connor.

La Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, qui perd habituellement des habitants face à la Capitale-­Nationale, voit ce déficit presque disparaître. Ses gains les plus importants sont face à Montréal.

«Le solde est positif pour toutes les tranches d’âge de 25 à 64 ans. Et chez les 15-24 ans, qui quittent pour les études, le solde s’améliore aussi», précise M. O’Connor.

1000 emplois offerts

Même si LM Wind Power a fait le plein d’embauches, «il reste qu’il y a 1000 emplois disponibles dans la région sur le site Placement en ligne [d’Emploi-Québec]», remarque M. O’Connor. «Notre principal frein au recrutement de nouveaux arrivants est la perception, à l’extérieur de la région, qu’il n’y a pas d’emplois ici. On en a comme partout ailleurs et la qualité de vie, on l’a, et pas à peu près.»

Pendant ce temps, le Bas-Saint-Laurent a connu une modeste baisse de 168 personnes, soit 0,09 % de ses habitants. La population de Montréal a fondu de 1,09 %, soit de 19 869 personnes, surtout au profit des régions adjacentes. La Capitale-Nationale affiche un léger gain de 1372 habitants, soit 0,19 %. 

+

LA CÔTE-NORD TOUJOURS EN QUEUE DE PELOTON

BAIE-COMEAU — La Côte-Nord demeure, pour une quatrième année consécutive, en queue de peloton en matière de solde migratoire dans la province, avec un taux net de - 1,19 %. Selon l’Institut de la statistique, ce taux représente une perte de 1092 personnes. 

Matière peut-être à réjouissance dans ce bilan, les pertes étaient encore plus importantes en 2014-2015 (- 1339 personnes) et en 2015-2016 (- 1479 personnes). Avec - 3,03 %, le déficit est particulièrement lourd du côté des 15-24 ans, mais il faut savoir que de nombreux jeunes doivent quitter la région pour faire leurs études. 

Fait à souligner, les six MRC de la Côte-Nord ont enregistré des pertes migratoires en 2016-2017, là aussi pour une quatrième année d’affilée. 

Le solde négatif le plus élevé (- 2,49 %) se retrouve encore cette année dans la MRC de Caniapiscau, où se trouvent les localités minières de Fermont et de Schefferville. C’est dans la MRC de Manicouagan (- 0,91 %), dont le chef-lieu est Baie-Comeau, que les pertes sont les moins lourdes.  Steeve Paradis (collaboration spéciale)