Six mois de prison pour un présumé sorcier

Un individu aux prises avec des problèmes de santé mentale et de consommation de drogue passera les six prochains mois en prison. Le jeune homme a reconnu avoir brandi un canif sur le quai de croisière de La Baie et être entré par effraction dans une résidence, avant de s’enfuir des policiers. L’individu avait alors expliqué aux autorités que le canif en question était la griffe de Wolverine et que s’il avait pénétré par effraction chez quelqu’un, c’était qu’il était convié à une soirée de sorciers et qu’il avait réussi à entrer grâce à sa baguette de Poudlard.

Le jeune homme s’est présenté devant la juge Micheline Paradis, de la Cour du Québec, pour entériner des plaidoyers de culpabilité, au Palais de justice de Chicoutimi.

L’individu avait été arrêté après s’être introduit par effraction dans une maison de l’arrondissement de La Baie et il s’était ensuite sauvé des policiers. Il était, entre autres, accusé d’introduction par effraction, de méfait et d’évasion d’une garde légale. Le jeune homme avait été incarcéré, puisqu’il avait également brisé une série de conditions, ayant été jadis reconnu coupable de menaces envers des membres de sa famille.

« Lorsqu’il a brandi un canif, monsieur croyait qu’il s’agissait d’une griffe de Wolverine. Nous connaissons monsieur et nous savons qu’il souffre de problèmes mentaux. Mais le problème, c’est qu’il consomme de la drogue par-dessus tout ça, alors nous ne sommes pas capables de régler cette situation », a fait valoir le procureur du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), Me Jean-Sébastien Lebel.

« Lorsqu’il s’est introduit par effraction, il croyait être un sorcier et avait une baguette de Poudlard. C’est le genre de chose qui lui arrive assez souvent », a ajouté l’avocat de la défense, Me Julien Boulianne.

L’accusé a quelque peu rigolé dans le box des accusés, avouant qu’il lui arrivait de délirer, surtout lorsqu’il consomme, mais qu’actuellement, il se sentait bien.

Les deux parties ont proposé à la juge Micheline Paradis une peine de six mois de prison pour l’individu.

Le procureur de la Couronne, Me Lebel, a cependant tenu à avertir l’accusé, puisqu’une condamnation pour introduction par effraction entraîne habituellement une peine beaucoup plus importante.

« Il s’agit d’un individu inquiétant, qui fait peur aux gens. Nous n’avons pas le choix de demander une peine d’incarcération. Et la prochaine fois, je n’hésiterai pas à demander une peine beaucoup plus longue. Monsieur doit se prendre en main en ce qui concerne ses problèmes de drogue et ainsi soigner ses problèmes de santé mentale », a prévenu Me Lebel.

L’accusé a répondu qu’il n’y aurait pas de prochaine fois.