Après une semaine difficile pour son gouvernement à la suite de coupes dans les services en français en Ontario, Doug Ford a annoncé quelques mesures visant à calmer le jeu.

Services en français: Ford fait en partie marche arrière

Le gouvernement Ford a annoncé vendredi trois nouvelles mesures pour les Franco-Ontariens, dont le rétablissement du ministère des Affaires francophones et la création d’un poste de conseiller principal responsable de la francophonie ontarienne au sein du bureau du premier ministre.

Le gouvernement ontarien s’était attiré les foudres des francophones de l’Ontario et de partout au pays à la suite de sa décision la semaine dernière d’abandonner le projet de l’Université de l’Ontario français et d’éliminer le Commissariat aux services en français.

Le premier ministre Doug Ford a aussi annoncé vendredi la création du poste de commissaire aux services en français au sein du Bureau de l’ombudsman. 

Par ailleurs, les progressistes-conservateurs entrouvrent la porte à un retour éventuel du projet de l’Université de l’Ontario français, lorsque les finances publiques le permettront. La procureure générale et ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney, a indiqué dans une entrevue accordée en exclusivité au Droit qu’elle continuera à travailler sur le dossier.

« Pendant que tout le monde au sein du gouvernement va travailler sur le côté fiscal, je vais aussi continuer à travailler sur le projet afin que lorsque nous serons arrivés au moment où nous serons en mesure de financer l’université, nous puissions le faire », a précisé Mme Mulroney.

Cette dernière a aussi mentionné qu’elle continuera d’appuyer des modèles d’enseignement qui répondent aux besoins des étudiantes et des étudiants francophones et de la communauté francophone.

La ministre Mulroney a signalé que les mesures annoncées vendredi démontrent la volonté du gouvernement à travailler pour la population franco-ontarienne et francophone en Ontario.

« Ça démontre aussi notre engagement envers les Franco-Ontariens qui, ces dernières journées, ont exprimé leurs inquiétudes. C’est donc la chance pour nous de montrer cette volonté avec des étapes concrètes », a souligné la ministre Mulroney, qui se verra donner les responsabilités du ministère des Affaires francophones.

Mme Mulroney a indiqué que le retour d’un siège pour les Affaires francophones à la table du conseil des ministres lui donnera une voix plus forte à Queen’s Park pour continuer à travailler avec les Franco-Ontariens.

Conseiller spécial

Caroline Mulroney a mentionné que la création d’un poste de conseiller spécial responsable des Affaires francophones au sein du bureau du premier ministre Ford est un élément important à retenir de l’annonce de vendredi.

« Quand il sera en train de prendre des décisions politiques qui affecteront tous les Ontariens, il y aura quelqu’un pour mettre la lentille franco-ontarienne sur ces décisions-là. Il y aura moi en tant que ministre, le ministère et les gens qui travaillent au sein du ministère, et il y aura aussi quelqu’un dans son bureau tous les jours pour le conseiller sur les enjeux franco-ontariens », a-t-elle expliqué.

Doug Ford a en outre ajouté dans un communiqué qu’il voudra rencontrer sur une base plus fréquente les membres de la communauté franco-ontarienne et leurs organismes dans le but d’établir un dialogue constructif qui mettra en avant le dynamisme de la francophonie de la province.

« Les Franco-Ontariennes et Franco-Ontariens ont des valeurs fortes qui sont profondément ancrées dans l’histoire de notre province. Ils ont œuvré pendant des générations pour promouvoir et préserver leur belle culture et leur langue en Ontario, et poursuivent leurs efforts aujourd’hui », a souligné le premier ministre Ford.

Le premier ministre a indiqué que le commissaire aux services en français au Bureau de l’ombudsman veillera au maintien de l’indépendance des enquêtes, et formulera des recommandations visant à améliorer la prestation des services en français et à appuyer la conformité à la Loi sur les services en français. 

De son côté, le bureau du commissaire aux services en français de l’Ontario, François Boileau, a publié une courte réaction par écrit.

« Le commissaire aux services en français de l’Ontario ne fera pas de commentaires immédiats à propos de la nouvelle annonce faite ce jour par le gouvernement. Il va prendre le temps d’analyser ces nouvelles informations et il réagira en début de semaine prochaine seulement. »