Sergei Litvinov a passé les deux dernières saisons en catégorie midget AAA dans la région de Toronto. Il a été recommandé par un agent à l’entraîneur-chef des Sags Yanick Jean.
Sergei Litvinov a passé les deux dernières saisons en catégorie midget AAA dans la région de Toronto. Il a été recommandé par un agent à l’entraîneur-chef des Sags Yanick Jean.

Sergei Litvinov, de la Russie aux Saguenéens

Dave Ainsley
Dave Ainsley
Le Quotidien
À l’âge de seulement 14 ans, le gardien Sergei Litvinov a quitté sa Russie natale afin de poursuivre sa carrière de hockey au Canada. Deux ans plus tard, sa décision de s’exiler rapporte gros à celui qui a décroché, lors du camp d’entraînement des Saguenéens, le poste d’auxiliaire au numéro un Alexis Shank.

«Mes amis qui jouaient déjà au Canada me disaient que c’était une belle opportunité de ne pas seulement jouer, mais de se développer», de faire part Litvinov, lors d’un entretien après la séance d’entraînement quotidienne de la formation chicoutimienne, au centre Georges-Vézina. Il a d’ailleurs déjà appris quelques mots en français, lui qui parle l’anglais sans problème.

Comme plusieurs joueurs européens au cours des dernières années, après avoir quitté la Russie, Sergei Litvinov s’est retrouvé dans le midget AAA dans la région de Toronto. Il n’entre donc pas en compte dans la limite de deux joueurs étrangers par équipe de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

Deux ans après avoir quitté la Russie pour poursuivre son développement au Canada, le gardien Sergei Litvinov se retrouve dans le junior majeur avec les Saguenéens, comme adjoint au numéro un Alexis Shank.

À sa première saison au Canada, le gardien russe a connu une saison de rêve avec les Flyers de Don Mills, qui comptaient dans leurs rangs le surdoué Shane Wright qui a ensuite obtenu le statut de joueur exceptionnel pour faire le saut dans la Ligue de l’Ontario à seulement 15 ans.

Sergei Litvinov ne regrette donc pas du tout sa décision d’être venu au Canada, même s’il se retrouve loin de sa famille. «Même en Russie, je jouais pas mal tout le temps loin de la maison», raconte celui qui aura 17 ans en novembre. Durant ses deux dernières années en Russie, il évoluait pour une sélection à Yaroslavl, une ville située à près de 10 heures de voiture à l’ouest de sa ville natale, Saint-Pétersbourg. «Je suis déjà habitué (d’être loin de mes proches), donc c’est correct pour moi», assure-t-il.

Un appel des Sags
Au cours de l’été, Sergei Litvinov était bien loin de se douter que le Saguenay représenterait sa prochaine destination. À une semaine du début du camp d’entraînement, son agent lui a fait part de l’opportunité avec les Sags, ce qu’il s’est empressé d’accepter, même si aucune promesse lui avait été faite. «Ça rapporte. C’est plus que ce que je m’attendais au départ de l’équipe», mentionne-t-il.

Arrivé comme inconnu au camp d’entraînement, il a rapidement attiré l’attention, si bien qu’il a réussi à déloger Jérémie Bergeron, qui était pressenti par les entraîneurs pour seconder Alexis Shank. Jusqu’ici, en quatre demi-matchs, le gardien de 6 pieds et 190 livres n’a permis que trois buts.

«Ce que beaucoup de personnes m’ont dit en Ontario, c’est que plusieurs pensaient qu’il comptait comme un Européen. C’est un peu la raison pour laquelle il est passé en dessous du radar. Cela étant dit, depuis qu’il est arrivé ici, on voit un gars qui ne cesse de s’améliorer et qui a un désir d’apprendre hors du commun», souligne l’entraîneur-chef Yanick Jean, ravi de cette surprise qui lui avait été recommandée par un agent.

« Il est un an plus jeune que Bergeron. Lorsque deux joueurs sont égaux, on va toujours y aller avec le plus jeune. Pour nous, c’était extrêmement important de donner une année midget AAA supplémentaire à notre premier choix Rémi Delafontaine, qui va pouvoir travailler à temps plein avec notre entraîneur des gardiens Alex Carrier. On recherchait un gardien de but capable de voir un peu d’action. On s’entend que s’il n’a pas de blessure, Shank va obtenir une cinquantaine de départs. On veut qu’il progresse pour essayer de garder les buts moitié-moitié avec Delafontaine l’an prochain. C’est toujours le plan initial sur papier et on va voir sa progression pour qu’il soit capable de voir de l’action dans 35 matchs de hockey junior l’an prochain », d’expliquer le pilote des Bleus.

«Je vais faire de mon mieux pour obtenir le plus de temps d’utilisation possible cette saison. Mon but est d’être le numéro un l’an prochain», d’annoncer en souriant Sergei Litvinov, bien conscient de son rôle pour sa première saison dans la LHJMQ.

Les entraîneurs des Sags sont très satisfaits de la progression de Sergei Litvinov depuis son arrivée à Chicoutimi.


POINTES DE PLUME

• Avec deux semaines d’entraînement avant leur prochain match préparatoire, les entraîneurs mettent présentement l’accent sur le jeu collectif avec l’introduction de deux nouvelles phases, soit le jeu en zone offensive et en zone neutre.

• Les partisans des Saguenéens sont invités à participer à la grande mosaïque qui sera installée à la sortie du vestiaire de l’équipe. Pour ce faire, ils doivent télécharger une photo sur le site Internet de l’équipe tout à fait gratuitement. « On veut que nos joueurs sachent et sentent que les partisans sont toujours là avec eux », signale la coordonnatrice promotions, communications et événements de l’équipe, Iris Tremblay. L’organisation espère recevoir au moins 300 photos, mais aucune limite n’a été fixée.

• Les Saguenéens auront du renfort prochainement. L’attaquant Olivier Pouliot rejoindra ses coéquipiers, dimanche, après avoir suivi sa quarantaine après son acquisition du Titan d’Acadie-Bathurt. Le défenseur Karl Boudrias devrait faire de même lundi prochain après avoir soigné une blessure. Le vétéran Samuel Houde profite quant à lui de quelques jours de repos en raison d’une blessure mineure. Le seul blessé à long terme est le défenseur Loris Rafanomezantsoa, qui doit rater six semaines en raison d’une blessure à la mâchoire.

• Le temps commence à presser pour les joueurs européens qui devront arriver prochainement afin de ne pas rater le début de la saison régulière, dans moins de trois semaines. À leur arrivée, ils devront observer la quarantaine obligatoire avant de pouvoir participer aux activités de leur équipe respective. Yanick Jean n’avait rien à annoncer, mercredi, sur les dossiers du défenseur Artemi Kniazev et de l’attaquant Matej Kaslik, mais ne se montre pas inquiet quant à leur venue. Dans le cas de Kniazev, il lui manque encore un visa, mais Yanick Jean souligne que les dirigeants des Sharks de San Jose, qui l’ont sélectionné en 2e ronde en 2018, travaillent très fort à l’amener. Dans le cas de Kaslik, l’attaquant slovaque a tous les papiers nécessaires, mais est toujours en attente des autorités afin de pouvoir franchir la frontière canadienne.