Lors de son passage à Sherbrooke, le chef conservateur Andrew Scheer a expliqué qu’un gouvernement conservateur créerait une régie pour attribuer les montants aux créateurs de contenu journalistique selon des critères déterminés par cette entité indépendante.

Scheer s’engage à ne pas couper l’aide financière promise aux médias

S’il est porté au pouvoir, le chef du Parti conservateur du Canada Andrew Scheer s’engage à ne pas couper l’aide financière de 595 millions $ sur cinq ans promise aux médias lors du dernier budget fédéral.

Dans une entrevue exclusive accordée à La Tribune lors de son passage à Sherbrooke, jeudi, le chef conservateur a expliqué qu’un gouvernement conservateur créerait une régie pour attribuer les montants aux créateurs de contenu journalistique selon des critères déterminés par cette entité indépendante.

« Nous n’allons pas tirer le tapis de ce montant annoncé, mais nous allons changer le système pour attribuer l’argent. Nous voulons assurer l’indépendance des médias en nous assurant que le gouvernement ne puisse pas s’ingérer et que les Canadiens savent qu’il n’y a aucune possibilité d’ingérence (...) J’ai des inquiétudes avec le plan libéral. C’est le gouvernement qui conservait le pouvoir de décider à qui serait versé l’argent. Nous voulons créer une régie qui fonctionne sans l’intervention du gouvernement » , mentionne Andrew Scheer.

Ce dernier explique que cette régie imposera un partage des revenus des GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple).

« Nous allons imposer un partage des revenus avec les journalistes (...) Nous connaissons l’impact de la crise que traversent les médias. Mon père a travaillé pour le quotidien Ottawa Citizen. Je crois aux médias. Ils jouent un rôle très important dans notre démocratie », affirme M. Scheer.

Le chef du Parti conservateur du Canada a terminé sa neuvième journée de campagne électorale au cœur de Sherbrooke.

Avec comme décor le lac des Nations et le mont Orford, Andrew Scheer est arrivé sur la terrasse du grand Hôtel Times par la passerelle des Draveurs en compagnie de son épouse Jill et du candidat de la circonscription de Sherbrooke, Dany Sévigny. 

Le lieutenant québécois et candidat dans Richmond-Arthabaska Alain Rayes ainsi que les candidats conservateurs régionaux Jessy McNeil dans Compton-Stanstead, Bruno Côté dans Brome-Missisquoi et Nathalie Clermont dans Shefford ont accueilli le chef conservateur.

« Notre plan est simple, plus pour vous dès maintenant. Nos idées vont rendre la vie plus abordable pour les Canadiens. Nous allons éliminer la TPS sur les factures d’Hydro, nous allons abaisser les impôts personnels. Nous sommes le seul parti avec un plan sur l’environnement. Nous allons mettre fin aux déversements d’eaux usées dans nos fleuves et nos rivières », a lancé Andrew Scheer aux militants qui l’attendaient à Sherbrooke. 

AbonnezvousBarometre

Enjeux régionaux

En entrevue avec La Tribune, le chef conservateur s’est engagé à régler la situation de l’aéroport de Sherbrooke.

« Je suis bien au fait de ce dossier. Je suis ouvert aux propositions des gouvernements locaux. C’est essentiel de trouver une solution. C’est un moteur de croissance économique. On cherche ce type d’idée et, avec un peu d’investissement du gouvernement fédéral, on peut avoir plus de croissance économique qui va profiter à tous les gens de la région », mentionne Andrew Scheer, sans toutefois s’engager formellement à financer la sécurité aéroportuaire.

Le chef conservateur assure que s’il devient premier ministre du Canada, son gouvernement investira dans les projets pour assurer la sécurité ferroviaire.

« C’est un enjeu important. Je dois aussi dire qu’il est mieux que le pétrole circule par les oléoducs que par les chemins de fer. C’est un autre aspect que nous allons travailler » , affirme Andrew Scheer.

Concernant la pénurie de main-d’œuvre, un gouvernement conservateur se dit prêt à travailler avec le gouvernement du Québec pour simplifier le processus d’immigration en fonction des besoins de chacune des régions.

« Lors de notre tournée du Québec, nous avons entendu que c’est un enjeu qui peut nuire à la croissance économique parce que des entreprises ne trouvent pas de travailleurs », a signalé Andrew Scheer.

Lors de son discours devant ses militants, il a invité les Québécois à voter conservateur.

Il a repris les grands thèmes de sa campagne en affirmant que le parti conservateur « remettra de l’argent dans les poches » des Canadiens. 

Andrew Scheer et sa conjointe Jill.

Andrew Scheer a rappelé ses engagements de réduire l’impôt sur les congés de maternité, de baisser les impôts de tous les contribuables, de rétablir les crédits d’impôt pour les activités des enfants et la mise en place d’un rapport d’impôt unique au Québec.

« Il n’y a qu’un seul parti dans cette élection qui peut vous offrir des baisses d’impôt, équilibrer le budget et qui va traiter le Québec comme un partenaire pour obtenir des résultats concrets. Nous allons respecter le Québec et ses champs de compétence. Au lieu de confronter, nous allons collaborer. Si le Québec envoie à Ottawa quinze, vingt, vingt-cinq députés bloquistes, c’est Justin Trudeau qui va demeurer premier ministre (...) J’ai besoin de la nation québécoise pour gagner les élections le 21 octobre » , a soulevé Andrew Scheer.