El Mahdi Jamali et Sabrine Djermane

Sabrine Djermane non coupable; El Mahdi Jamali coupable d’un chef

MONTRÉAL - Au terme de leur procès, deux ex-étudiants du Collège de Maisonneuve de Montréal ont été déclarés non coupables, mardi, des chefs d’accusation de crimes terroristes qui pesaient contre eux. El Mahdi Jamali a toutefois été reconnu coupable d’un chef d’accusation réduit de possession d’une matière explosive sans excuse légitime.

Le jeune couple avait plaidé non coupable aux chefs d’accusations d’avoir tenté de quitter le Canada en vue de commettre un acte terroriste à l’étranger, de possession d’une substance explosive dans un dessein dangereux et d’avoir commis un acte au profit ou sous la direction d’un groupe terroriste.

Sabrine Djermane, âgée de 21 ans, a été acquittée des trois chefs qui pesaient contre elle.

El Mahdi Jamali, âgé de 20 ans, a été reconnu coupable sur un chef: possession d’explosif dans un dessein dangereux. Il s’agit toutefois d’une accusation moindre, soit de possession sans excuse légitime, une possibilité qui avait été offerte aux jurés par le juge Marc David qui présidait le procès.

Le jury de 11 personnes a rendu ses verdicts peu avant midi mardi, lors de leur cinquième journée de délibérations.

L’avocat de El Mahdi Jamali, Tiago Murias, a déclaré en quittant la salle de cour «être bien content du verdict».

Celui de Sabrine Djermane, Me Charles Benmouyal, n’a pas voulu répondre aux questions des journalistes dans l’immédiat, lançant avec un sourire qu’il devait d’abord s’occuper de la libération de sa cliente.

Les deux jeunes avaient été arrêtés le 14 avril 2015 par la Gendarmerie royale du Canada.

Ils étaient en détention depuis cette date.

Le procès avait débuté le 12 septembre à Montréal. Les avocats du couple n’ont pas fait entendre de témoins en défense et les accusés n’ont pas témoigné. De son côté, la poursuite a appelé à la barre 31 témoins et produit de nombreuses preuves matérielles.