La ministre du Tourisme, Julie Boulet, veut s’assurer que l’État a la capacité de payer dans le projet de son collègue de l’Éducation de régionaliser les taux de taxation scolaire.

Régionalisation de la taxation scolaire: un «premier pas», espère Julie Boulet

La ministre du Tourisme, Julie Boulet, espère que le projet de son collègue de l’Éducation, Sébastien Proulx, de régionaliser les taux de taxation scolaire ne constitue qu’un «premier pas».

Le chef caquiste, François Legault, s’est fait un malin plaisir, mardi, de relever des propos tenus la semaine dernière par Julie Boulet, alors qu’elle était interrogée à l’Assemblée nationale sur l’avenir de la Mauricie.

«La loi, elle n’est pas passée. La loi, elle n’est pas allée en commission parlementaire. Le processus n’est pas terminé. Et un projet de loi, c’est toujours fait pour être amélioré, bonifié quand ça passe en commission parlementaire. On est capables de comprendre les enjeux, nous aussi. Cette bataille-là, on va la faire, nous aussi.»

«C’est un premier pas... En fait, l’idée de la CAQ [Coalition avenir Québec] peut être regardée», avait-elle ajouté avant de poser un bémol. «Il faudra savoir, dans un premier temps, combien ça représente d’argent, et est-ce que l’État a la capacité d’assumer cette facture-là, quels services devront être coupés pour payer la somme de cette facture-là, mais je comprends. Et je comprends que, pour les citoyens de la Mauricie, il y a une bataille à mener, et soyez assurés qu’on va la mener.»

Projet de loi

Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a présenté un projet de loi visant à uniformiser la taxation scolaire par région, pour ainsi mettre un terme aux variations entre différentes commissions scolaires installées sur un même territoire. Coût : 670 millions $.

Quelque temps plus tard, la CAQ a proposé un taux de taxation unique pour tout le Québec. Coût : 1,37 milliard $.

Avec le projet de Sébastien Proulx, «tout le monde va payer moins de taxe scolaire au Québec», a insisté Philippe Couillard.

Le premier ministre a fait valoir que François Legault a omis de rapporter que Julie Boulet avait précisé qu’il fallait tenir compte «de la capacité de payer des contribuables et de l’État».

«Lui, ce qu’il dit, c’est qu’il faut mettre 700 millions $ de plus en compensation pour les commissions scolaires», a enchaîné M. Couillard, visiblement courroucé.

«Moi, je préfère le mettre dans la réussite des élèves. Si j’ai de l’argent neuf, ça ne sera pas pour baisser plus de taxe scolaire, ça va être pour avoir plus d’enseignants, plus de professionnels, plus de réussite pour nos jeunes.»

Il a ajouté que «les gens veulent du temps et ils veulent des services publics, notamment en éducation et en santé, et c’est là que notre priorité va aller».