Un regroupement d’organismes communautaires demande un supplément au loyer d’urgence devant une pénurie anticipée de logements à Gatineau, après la tornade de vendredi dernier.

Recherche d’un toit pour les sinistrés

La situation du logement pour les sinistrés de la tornade de vendredi dernier à Gatineau soulève des inquiétudes.

Un regroupement d’organismes communautaires demande notamment un supplément au loyer d’urgence devant une pénurie anticipée de logements à Gatineau, après la tornade de vendredi dernier.

Le coordonnateur de Logemen’occupe, François Roy, souligne notamment que plusieurs résidents du Mont-Bleu — principal quartier affecté par la tornade à Gatineau — ont de faibles revenus et/ou sont de nouveaux arrivants, ce qui complique la recherche d’un nouveau logis.

Avant le désastre naturel de la semaine dernière, il était déjà compliqué de trouver du logement pour les gens dans le besoin puisque les loyers disponibles à Gatineau sont souvent trop coûteux.

Selon ces organismes, un programme de supplément au loyer d’urgence du gouvernement du Québec permettrait d’offrir plus de stabilités aux sinistrés et un accès plus rapide à un logement.

« Disons que l’unité va coûter 1000 $, la personne a peut-être les moyens de payer 500 $ par mois. La Croix-Rouge, si je comprends bien, comble la différence temporairement, mais au mois de juin, il va arriver quoi ? », se questionne la directrice générale de l’OSBL d’habitation Mon Chez Nous, Diane Tremblay.

« On vient de mettre une famille dans une situation où elle risque de se retrouver à la Régie du logement pour un non-paiement du loyer. On vient d’augmenter sa situation de pauvreté », ajoute Mme Tremblay.

La députée de Hull, Maryse Gaudreault, soutient qu’il est toutefois « prématuré » de formuler ce type de demandes. Elle explique que la Ville de Gatineau — qui bénéficie d’un statut mandataire auprès de la Société d’habitation du Québec — est « responsable de gérer l’habitation sur son territoire ».

« Lorsque la Ville aura fini son analyse de la situation, elle pourra se tourner vers le gouvernement pour trouver des solutions », affirme Mme Gaudreault qui souligne le supplément au loyer n’est pas nécessairement la solution à une potentielle pénurie de logements.

« Certainement que le gouvernement du Québec sera un allié de tous les instants. C’est certain qu’on va s’occuper de notre monde », ajoute la députée de Hull.

Rareté dans les hôtels

Il n’y a pas que la situation du logement à long terme qui est préoccupante pour les sinistrés gatinois. Le nombre de personnes qui ont passé la nuit au centre communautaire Père-Arthur-Guertin a augmenté.

Ils étaient 80 à dormir au centre d’hébergement mis en place par la Ville de Gatineau et la Croix-Rouge dans la nuit de mercredi à jeudi, alors qu’ils étaient 66 la nuit précédente.

Selon les informations recueillies par Le Droit, il y aurait un enjeu avec la disponibilité des chambres d’hôtel en Outaouais. 

Le coordonnateur de Logemen’occupe, François Roy, soutient avoir été avisé du problème, mercredi. Selon lui, il s’agit « d’un problème majeur ».

« Ce n’est pas tout le monde qui peut aller vivre dans un gymnase. On a des familles et des personnes vulnérables parmi les sinistrés », explique M. Roy.

Au total, le nombre de sinistrés relogés — à l’hôtel ou au centre communautaire — la nuit dernière est toutefois en baisse, passant de 282 à 196.

Par ailleurs, les victimes de la tornade pourront finalement obtenir leur courrier.

Postes Canada a établi deux sites temporaires de réacheminement du courrier au 120, rue Edmonton (du lundi au vendredi, de 6 h 30 à 15 h) et au 16, rue Bériault (du lundi au vendredi, de 16 h à 18 h 30). Une pièce d’identité valide avec une photo est nécessaire pour récupérer son courrier.